Le Petit-Quevilly : la victime et les policiers tendent un piège aux vendeurs d'un téléphone volé


Publié le 30/01/2020 à 17:11

Deux jeunes gens, de 16 et 18 ans, qui cherchaient à vendre un téléphone portable ont été interpellés sur le lieu de rendez-vous, à Petit-Quevilly, près de Rouen. Ils étaient en possession d'un IPhone 11 déclaré volé



Illustration © Pixabay
Illustration © Pixabay
Hier, en milieu d’après-midi, un équipage de la brigade anti-criminalité (BAC) est appelé à se rendre rue Guillaume-Lecointe à Petit-Quevilly (Seine-Maritime). C’est là, devant l’hôpital, que la victime d’un vol, un adolescent de 17 ans, les attend : il a rendez-vous avec celui qui détiendrait son téléphone portable.

Quelques jours plus tôt, en effet, le jeune homme s’est fait dérober son iPhone 10s devant la mairie. En allant sur le site « leboncoin », il a tout de suite reconnu son appareil qui était en vente. Il a immédiatement contacté le vendeur pour convenir rapidement d’un rendez-vous.

Les policiers sont au rendez-vous


Les deux hommes se mettent alors d’accord sur le jour, le lieu et l’heure de la transaction : ce sera mercredi 29 janvier a 15 heures devant l’hôpital Saint Julien de Petit-Quevilly.

Le jour J, l’adolescent arrive au rendez-vous. Il n’est pas seul, des policiers de la BAC se tiennent à distance, prêts à intervenir. Deux individus s’approchent : l’un se positionne en guetteur, tandis que l’autre sort de sa poche un téléphone.

Alors que l’adolescent lui demande de l’allumer pour s’assurer qu’il fonctionne bien, les policiers en civil se présentent et déclinent leurs fonctions. Le téléphone en question n’est pas l’iPhone 10s qui a été volé, mais un autre, un iPhone 11, le dernier modèle d’Apple.

L'IPhone est déclaré volé

Grâce aux références de l’appareil, il est rapidement établi que ce dernier a été déclaré volé le 14 décembre dernier. Quant à celui de l’adolescent, il a été revendu deux jours plus tôt , affirme le receleur de 18 ans qui est interpellé ainsi que son complice âgé de 16 ans.

Une procédure pour recel de vol a été dressée à l’encontre du plus âgé, originaire de Petit-Quevilly. Idem pour le second, domicilié à Rouen, qui devra répondre de complicité de recel vol et de détention de stupéfiants. Il avait en sa possession deux sachets de résine de cannabis.









           

















AGENDA






Suivez-nous sur Facebook