Fécamp : nu sous son peignoir, l'homme de 72 ans s'exhibait devant des enfants et des mères de famille


Le septuagénaire avait déjà eu affaire par le passé à la justice pour des faits similaires. Huit plaintes ont été déposées à son encontre au commissariat de Fécamp pour exhibition sexuelle. Il a été placé sous contrôle judiciaire



Par infoNormandie - Mercredi 17 Juin 2020 à 11:17


L'exhibitionniste a été interpellé lundi et placé en garde à vue - Illustration
L'exhibitionniste a été interpellé lundi et placé en garde à vue - Illustration
Un homme de 72 ans a été placé en garde à vue à Fécamp, en Seine-Maritime, pour exhibition sexuelle. Le septuagénaire est soupçonné de s'être exhibé derrière la porte-fenêtre de son salon lors du passage de mères de famille et de jeunes filles. 

Les faits se seraient produits à plusieurs reprises depuis quelques mois. Le commissariat de police de Fécamp a enregistré une petite dizaine de plaintes mettant en cause le retraité qui a été interpellé finalement lundi 15 juin. 

Des victimes âgées de 5 à 43 ans

Parmi les victimes, celles qui ont déposé plainte, on trouve quatre très jeunes filles âgées de 5, 6, 12 et 15 ans, un jeune homme de 18 ans et trois femmes de 29, 37 et 43 ans. 

L'individu, entièrement nu, attendait le passage des jeunes filles, parfois accompagnées de leur mère, pour ouvrir son peignoir et se caresser, selon les déclarations des victimes. 

L'exhibitionniste, domicilié dans le quartier du Cimetière, est connu des services de police pour des faits similaires qui remontent à une dizaine d'années. 

Des armes saisies à son domicile

Une perquisition a été effectuée à son domicile par un officier de police judiciaire. Aucune photo à caractère pédopornographique n'aurait été retrouvée en sa possession. En revanche, les policiers ont découvert deux fusils de chasse et une carabine 22 long rifle. Ces armes, détenues apparemment illégalement, ont été saisies et seront détruites, indique une source policière. 

Quant au septuagénaire pervers, il a été déféré ce mardi 16 juin devant un magistrat du parquet du Havre, « après avoir reconnu les faits à minima ». Il s'est vu notifier son placement sous contrôle judiciaire jusqu'à sa comparution devant le tribunal, le 22 septembre prochain. 




         Partager Partager