Fécamp : l’auteur de trois vols commis sur des femmes âgées arrêté par les policiers


Un Fécampois de 38 ans a été condamné ce jeudi 5 août à douze mois de prison, dont la moitié avec sursis. Il exécutera les autres six mois à domicile sous bracelet électronique



Par infoNormandie - Jeudi 5 Août 2021 à 18:17


L’auteur de ces vols aggravés a été condamné à une peine de 12 mois de prison - Illustration
L’auteur de ces vols aggravés a été condamné à une peine de 12 mois de prison - Illustration
Un Fécampois de 38 ans a été condamné, ce jeudi après-midi, à douze mois d’emprisonnement par le tribunal judiciaire du Havre (Seine-Maritime). Il a été reconnu coupable de trois vols aggravés commis à Fécamp entre le 16 et 24 juillet dernier. Les victimes sont des femmes âgées de 89, 78 et 74 ans.

► Les victimes, des personnes vulnérables

Enquête rondement menée pour reprendre une expression policière. Les enquêteurs de la sûreté urbaine du commissariat de Fécamp sont parvenus à identifier et interpeller l’auteur de trois vols commis au préjudice de personnes vulnérables, dont une lourdement handicapée.

La première agression s’est déroulée le 16 juillet sur le parking du magasin Carrefour de Fécamp. Une femme âgée de 89 ans s’est fait arracher son sac à main par un individu qui a pris la fuite.

Même scénario le 20 juillet, mais cette fois sur le parking d’Intermarché. Le voleur s’est emparé du portefeuille d’une dame de 74 ans.

Enfin, le 24 juillet, c’est une personne lourdement handicapée de 78 ans qui a été délestée de son portefeuille également dans une rue du centre-ville de Fécamp.

► Identifié grâce à la vidéo protection

Les investigations ont permis de faire rapidement un rapprochement entre ces trois vols aggravés, grâce en particulier a un témoin et à la vidéo protection des deux supermarchés.

Les enquêteurs fécampois ont pu ainsi constater qu’il s’agissait du même auteur. Ce dernier a par ailleurs été confondu par la vidéo d’un magasin où une carte bancaire volée à l’une des victimes avait été utilisée en mode sans contact.

Interpellé et placé en garde à vue, le suspect a nié les faits, malgré les éléments à charge recueillis par les policiers. Lors de la perquisition de son domicile, le blouson dont il était vêtu le jour des faits, les 16 et 20 juillet, a été retrouvé.

► Six mois sous bracelet électronique

Déféré ce mercredi 4 août devant un magistrat du parquet du Havre, le mis en cause défavorablement connu de la justice s’est vu notifier son placement en détention provisoire jusqu’à sa comparution immédiate, aujourd’hui jeudi, devant le tribunal judiciaire du Havre.

La réponse pénale a été immédiate : 12 mois de prison, dont six mois avec sursis et six mois sous bracelet électronique.




         Partager Partager