Eure : fortement alcoolisé, il insulte et menace les gendarmes en intervention


Publié le 13/05/2022 à 09:26 - mis à jour le 16/05 - 15:13

Les militaires ont été agressés sans raison par un homme fortement alcoolisé alors qu'ils procédaient au contrôle de perturbateurs dans le centre-ville de Bernay




A l'origine, les gendarmes sont intervenus pour quatre hommes qui faisaient du bruit sur la voie publique - Illustration
A l'origine, les gendarmes sont intervenus pour quatre hommes qui faisaient du bruit sur la voie publique - Illustration
Trois gendarmes du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) de Bernay, dans l'Eure, ont déposé plainte pour outrages et menaces de mort à leur encontre.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du jeudi 12 mai, peu avant deux heures. Les gendarmes en patrouille sont appelés à se rendre rue Leprévost-de-Beaumont, une artère du centre-ville de Bernay où des perturbateurs sont signalés. Les forces de l'ordre arrivent sur les lieux et contrôlent quatre hommes jugés trop bruyants par le voisinage. 

Blessé par des pièces de monnaie

Les vérifications se passent bien et chacun repart de son côté. Mais au même moment, un homme se présente à la fenêtre de son domicile et se met à insulter les militaires sans raison. Puis il les menace de mort. L'individu jette une poignée de pièces de monnaie dans leur direction blessant légèrement au visage l'un des gendarmes. 

Ne pouvant pas intervenir à cette heure de la nuit au domicile du mis en cause, les militaires vont attendre tranquillement à proximité, au cas où... Peut-être intrigué par la présence de ces hommes en uniforme, l'homme descend de chez lui et demandé aux gendarmes (su'il venait pourtant d'insulter et de menacer) ce qui se passe et pourquoi ils sont là !. Il est alors interpellé et emmené à la brigade.

2 grammes d'alcool dans le sang

Le suspect, un homme de 26 ans, est fortement alcoolisé. Il est contrôlé avec un taux de 2 grammes par litre de sang. Placé en garde à vue, il ne pourra être entendu que dans la journée de vendredi après un passage de quelques heures en cellule de dégrisement. 

Il est ressorti libre avec en poche une convocation par officier de police judiciaire pour être jugé en décembre prochain.    



              










- Publicité



Publicité









Publicité


Qui sont les quinze députés élus en Seine-Maritime et dans l'Eure. Ils sont ici