FAITS DIVERS


15 interpellations en Seine-Maritime : un trafic de drogue démantelé à Petit-Quevilly




Publié le Vendredi 13 Mars 2020 à 17:08

Les dealers avaient quasiment « privatisé » la cage d’escalier pour se livrer tranquillement à leur trafic de drogue. La police les a interpellés



Lors de la perquisition dans un appartement de cet immeuble, 6 allée Matisse, les policiers ont saisi 1400€ et 400 g de résine de cannabis - illustration @ GoogleMaps
Lors de la perquisition dans un appartement de cet immeuble, 6 allée Matisse, les policiers ont saisi 1400€ et 400 g de résine de cannabis - illustration @ GoogleMaps
Depuis plusieurs mois, les habitants de l’allée Henri-Matisse à Petit-Quevilly (Seine-Maritime) se plaignaient des nuisances et des allées venues d’individus dont certains étaient étrangers au quartier. Pour cause : le hall de la cage d’escalier de l’immeuble, au numéro 6, abritait un trafic de stupéfiants.

L’attention des élus municipaux avait été attirée sur le fait que l’endroit était quasiment « privatisé » par les dealers et leurs clients.

15 interpellations

Avisés, les services de police se sont intéressés au problème. Les enquêteurs de la sûreté urbaine de la Métropole nord ont mis en place une discrète surveillance et visionné les images de la vidéo-protection. C’est ainsi qu’ils ont pu établir l’existence d’un trafic de drogue.

L’heure venue, le mardi 10 mars, un dispositif d’interpellation est mis en place avec le renfort de la brigade anti-criminalité : quinze suspects sont arrêtés, dont ceux à la tête du réseau. Tous sont placés en garde à vue.

400 g de résine et 1400€ saisis

Lors de la perquisition de l’appartement qui sert de lieu de stockage, dans l’immeuble, 400 grammes de résine de cannabis et 1400€ en petites coupures sont saisis par les policiers.

Les mis en cause ont été longuement entendus, les enquêteurs cherchant à établir l’implication et le rôle de chacun dans ce trafic. Cinq consommateurs ont été laissés libres à l’issue de leur audition et trois autres se sont vus délivrer une convocation devant le tribunal à une date ultérieure.

Quant aux sept derniers, plus impliqués dans le trafic, ils ont été déférés ce vendredi matin devant un magistrat du parquet de Rouen qui a ouvert une information judiciaire pour trafic de stupéfiants. Trois d’entre-eux, âgés de 20, 22 et 24 ans, ont fait l’objet d’une demande de placement en détention provisoire, deux autres, une femme de 26 ans et un homme de 22 ans, ont été placés sous contrôle judiciaire.

L’un des mis en cause, âgé de 33 ans et originaire de Saint-Aubin-lès-Elbeuf, a été écroué : il faisait l’objet d’une peine de 7 mois de prison à exécuter.










Accueil Accueil            





 

Suivez-nous sur Facebook