Pour suivre infoNormandie
Facebook
Twitter
Threads
Mastodon
Newsletter


A Montivilliers, les rodéos sauvages empêchaient les malades de dormir : interpellations et véhicules saisis


Vendredi 21 Juin 2024 à 11:55

Des patients de l'hôpital Jacques-Monod à Montivilliers, près du Havre, étaient à bout du vacarme qui les empêchait de dormir. Six adeptes de rodéos sauvages sur le parking du centre commercial La Lézarde, interpellés par la police, vont devoir répondre des faits devant le tribunal judiciaire.



Les rendez-vous répétés du vendredi soir des adeptes de rodéos sauvages ont mis à bout les patients de l'hôpital Jacques-Monod - Illustration © Adobe Stock
Les rendez-vous répétés du vendredi soir des adeptes de rodéos sauvages ont mis à bout les patients de l'hôpital Jacques-Monod - Illustration © Adobe Stock
De quoi refroidir l'ardeur des adeptes de rodéos sauvages. Six jeunes de 16 à 25 ans, ont été interpellés et leur véhicule respectif saisi mercredi 19 juin, par les services de police du Havre (Seine-Maritime), soupçonnés d'avoir participé, à plusieurs reprises le vendredi soir, à des rodéos motorisés sur le parking du centre commercial de la Lézarde à Montivilliers, tout proche de l'hôpital Jacques-Monod. 

Ces rassemblements ont mobilisé autour d'une centaine de véhicules automobiles, ainsi que des motos et quads. La cellule anti-rodéo, alertée par des riverains et surtout les patients de l'hôpital qui se plaignaient de ne pas pouvoir dormir à cause du vacarme, ont décidé de taper un grand coup.

Véhicules saisis

Et mercredi, après avoir rassemblé suffisamment d'éléments et de preuves, les enquêteurs ont interpellé six suspects, quatre âgés de 22 ans, un de 25 ans et un de 16 ans, tous originaires du Havre ou de communes limitrophes. Dans le même temps, les policiers ont saisi leur véhicule respectif, à savoir une Renault Clio RS, une BMW, une Peugeot 206, un scooter et un quad. 

Les mis en cause, ceux qui sont majeurs, ont été déférés devant un magistrat du parquet du Havre, à l'issue de leur garde à vue. Le mineur s'est vu notifier une convocation par officier de police judiciaire devant le juge des enfants pour le 18 novembre.