Suspicion de pollution sur des plages du Calvados : vigilance maintenue dans l'attente des résultats d'analyses



Publié le 17/07/2018 à 11:37

L’alerte est levée définitivement. Aucune trace d’hydrocarbure n’a été décelée. La baignade et les activités nautiques peuvent reprendre, annonce mardi soir la préfecture du Calvados.



La plage de Trouville - Illustration © Pixabay
La plage de Trouville - Illustration © Pixabay
Baignade autorisée ou interdite ? Les vacanciers sont dans l'expectative. Tout comme les autorités maritimes et préfectorales qui attendent les résultats définitifs des analyses, suite à une suspicion de pollution au large de cinq plages du Calvados : Bénerville, Villers-sur-Mer, Blonville-sur-Mer, Deauville et Trouville.

Des traces noires pouvant laisser penser à une pollution par des hydrocarbures ont été constatées dans la soirée d'hier, lundi 16 juillet, par deux plaisanciers. Cette nappe de cinq mètres de large s'étendait sur environ 5 kilomètres à 150 mètres environ de la côte.

LIRE AUSSI : >>  Suspicion de pollution : baignade interdite dans le Calvados   

Sans attendre, des repérages ont été effectués avec l'hélicoptère de la marine nationale et la vedette côtière de surveillance maritime. Dans le même temps, des prélèvements ont été faits par la gendarmerie maritime.

Par précaution, la préfecture du Calvados a alors annoncé, dans la soirée, qu'elle recommandait aux maires des communes concernées de prendre des mesures afin d'interdire l'accès et la baignade jusqu'à nouvel ordre. C'est-à-dire jusqu'au retour des résultats d'analyses confiées à un laboratoire spécialisé.

Le préfet lève l'interdiction

« Des premières constatations visuelles et olfactives, et après manipulation du produit par le Laboratoire d’analyse, de surveillance et d’expertise de la Marine (LASEM), il ne s’agirait pas d’hydrocarbures mais de particules noires laissant penser à des dépôts de suie ou charbon », précise la préfecture dans un nouveau communiqué.

Ce mardi matin, au lever du jour, les forces de l’ordre et les services municipaux des communes concernées ont procédé à des reconnaissances sur les plages : « aucune pollution n’a été détectée », affirme le préfet qui « ne recommande donc pas de maintenir l’interdiction d’accès aux plages ».

En revanche s'agissant de la baignade, la préfecture « recommande une surveillance vigilante du littoral : si des traces noires venaient à réapparaître, la baignade devrait être interdite jusqu’à l’obtention des résultats définitifs du LASEM, qui seront connus et communiqués en fin de journée ».

Des risques quand même pour les baigneurs

En clair, si cette pollution due a des résidus de combustion venait à être confirmée, les autorités préfectorales insistent sur le fait que « l’ingestion de particules fines à des concentrations manifestes serait dangereuse ». 

Le médecin du centre anti-poison et de toxicovigilance, contacté par l’agence régionale de santé (ARS), « déconseille dans ces conditions la baignade compte tenu du risque d’ingestion et de contact avec les muqueuses. Dans les zones où la pollution serait visible, l’ARS recommande en conséquence d’interdire la baignade ».


L'accès à la plage et la baignade maintenus à Deauville

De son côté, la mairie de Deauville précise que contrairement à ce qui a été indiqué hier soir (par la préfecture maritime), la plage de Deauville n’est pas fermée « car les substances ne semblent pas de caractère toxique (dépôt noir miscible dans l’eau, probablement de la suie) ».

Les services techniques municipaux ont assuré dès hier soir et pendant la nuit un nettoyage préventif, de même qu’une surveillance de la plage : aucune trace de pollution n’a été détectée à 3h, 5h, 6h et à cette heure, assure-t-on à la mairie.

« L’ouverture de la plage de Deauville et l’autorisation de la baignade sont donc maintenues. Des compléments d’analyses pour mettre fin définitivement à cette alerte sont en cours ».

L'alerte pollution levée définitivement ce mardi soir

Les résultats des analyses sont tombés ce mardi soir : aucune trace d’hydrocarbure n’a été décelée. « Le produit ne présente ni toxicité ni traces de métaux. La baignade et les activités nautiques peuvent reprendre », confirme la préfecture du Calvados.

Le laboratoire d'analyses, de surveillance et d'expertise de la Marine (LASEM) de Cherbourg fait le même constat. « Il détecte uniquement du carbone et du calcium d'origine indéterminée sans toxicité. L'enquête se poursuivra pour connaître l'origine exacte de ces particules et les causes de leur apparition », indique pour sa part la préfecture maritime.













Le live
le 13/10/2019

Un pavillon embrasé à Boos (Seine-Maritime), deux personnes intoxiquées

Deux des trois occupants d'un pavillon ont été transportés au CHU de Rouen, légèrement intoxiqués dans l'incendie de leur pavillon square des...

le 11/10/2019

Feu de transformateur sur la zone portuaire du Havre

Plusieurs entreprises de la zone portuaire du Havre à Rogerville (Seine-Maritime) ont été privées d'électricité ce vendredi matin, à partir de 9...








AGENDA









Suivez-nous sur Facebook