Soupçonnés de sept vols à main armée dans les Yvelines, deux malfaiteurs en garde à vue


Publié le 24/10/2019 à 12:27

Les deux individus, originaires de Mantes-la-Jolie et des Mureaux, ont été interpellés hier en début de nuit aux Mureaux. Ils revenaient de Maisons-Laffitte où ils avaient braqué une supérette une heure plus tôt



La Peugeot 208 de location de l'un des braqueurs a été interceptée dans la soirée d'hier aux Mureaux. Ses deux occupants ont été interpellés en possession de la recette volée plus tôt dans un supermarché de Maisons-Laffitte - Illustration
La Peugeot 208 de location de l'un des braqueurs a été interceptée dans la soirée d'hier aux Mureaux. Ses deux occupants ont été interpellés en possession de la recette volée plus tôt dans un supermarché de Maisons-Laffitte - Illustration
Le braquage de trop ! Les deux hommes interpellés ce mercredi 23 octobre, vers 23 heures, aux Mureaux (Yvelines) , venaient de commettre un vol à main armée, le dernier d'une longue série, dans un supermarché de Maisons-Laffitte. L'argent volé - plus de 400 euros - a été retrouvé en leur possession. 

L'un de ces malfaiteurs avait été identifié, son empreinte ADN ayant été relevée sur une bouteille d'essence utilisée lors d'un vol à main armée dans le bar-tabac Le Celtique à Mantes-la-Jolie, le 14 septembre dernier. Identifié, les policiers de la sûreté urbaine de Mantes-la-Jolie savaient que cet homme de 27 ans se déplaçait à bord d'une Peugeot 208. Le véhicule, de location, a été signalé à maintes reprises via les images de vidéo-surveillance lors de différents braquages commis dans la région mantaise.

Une empreinte ADN retrouvée sur une bouteille d'essence

Au moins sept vols à main armée peuvent être imputés à cette équipe, composée de deux ou trois individus, cagoulés et gantés. Des vols commis dans des bars-tabacs, une station-service et un magasin Franprix, entre le 11 septembre et le 23 octobre.

Le mode opératoire utilisé pouvait varier d'un braquage à l'autre. Dans les deux premières affaires, ils ont menacé les victimes en les aspergeant d’essence pour extorquer leur fond de caisse. Dans les autres cas, confie une source policière, ils poursuivaient leur périple de façon plus classique en exhibant des objets contondants, des couteaux mais également une arme de poing.
 
« Les malfaiteurs utilisaient souvent des gants en plastique rose et n’hésitaient pas à violenter les victimes qui leur résistaient ».

Persuadé avoir affaire à la même équipe, la Sûreté départementale des Yvelines s'est saisie du dossier afin de coordonner les différentes enquêtes en lien avec les policiers mantais.  Les recoupements téléphoniques effectués permettent dès lors d’attribuer l’usage de la Peugeot 208 à un habitant de Mantes-la-Jolie.

Interpellés aux Mureaux après un dernier braquage

Le véhicule a d'ailleurs été repéré pour la dernière fois aux Mureaux, mercredi en fin de journée. Son signalement a alors été diffusé à toutes les équipages engagés sur le terrain.  Peu avant 22 heures, la trace de la Peugeot 208 est retrouvée à Maisons-Laffitte à la faveur d'un braquage dans un magasin Carrefour City. Deux individus ont menacé le gérant du supermarché et se sont emparés du contenu de la caisse, soit plus de 400 euros.

L’immatriculation partielle du véhicule, à bord duquel les malfaiteurs ont pris la fuite, est relevée puis diffusée par radio. Moins d'une heure plus tard, des policiers du service d'ordre public (SOP) en mission de sécurisation aux Mureaux interceptent la Peugeot 208 et interpellent ses deux occupants.

Un rapprochement est effectué avec le vol à main armée commis la veille, mardi 22 octobre, peu avant 21h30, où un butin de 3 000€ a été dérobé dans un magasin Franprix à Clichy-la-Garenne, par deux individus.

Les investigations se poursuivent

Les deux hommes, âgés de 27 et 28 ans, domiciliés respectivement à Mantes-la-Jolie et Les Mureaux, ont été placés en garde à vue pour vols en réunion et sous la menace d'une arme. 

Le parquet de Versailles a confié le soin à la sûreté départementale des Yvelines d'enquêter sur les sept vols commis dans le département, dont un à Follainville-Dennemont, une commune située à quelques kilomètres de Mantes en zone gendarmerie et un autre à Clichy-La-Garenne (Hauts de Seine).

Les investigations se poursuivent.

 






















AGENDA









Suivez-nous sur Facebook