Le Havre : une voiture de police endommagée par des projectiles, deux gamins de 14 ans arrêtés



Mis en ligne le Mercredi 30 Décembre 2020 à 17:59

L’un des adolescents a avoué avoir agi « sans autre motivation que la haine qu’il porte à la police ». Les deux sont convoqués devant un juge pour enfants



Les cailloux ont endommagé la rampe lumineuse du véhicule -
Les cailloux ont endommagé la rampe lumineuse du véhicule -
Un véhicule de police, stationné devant l’entrée du centre commercial Le Grand Cap (Auchan) au Havre, a été la cible de projectiles, dans l’après-midi du 28 décembre.

Au même moment, des policiers du groupe de sécurité de proximité (GSP) procédaient à des contrôles en rapport avec le respect des règles sanitaires dans la galerie marchande de la grande surface située dans le quartier de Mont-Gaillard.

Jets de cailloux

A son retour, l’équipage a constaté que la rampe lumineuse du gyrophare avait été endommagée par deux jeunes munis de cailloux.

Les auteurs ont eu cependant le temps de prendre la fuite mais l’un d’eux a été formellement identifié. Les policiers se sont alors rendus au domicile de ses parents où il a été interpellé et ramené au commissariat central.

Son complice du moment a été interpellé un peu tard, également à son domicile.

Âgés de 14 ans

Placés en garde à vue pour dégradations de bien public, les deux suspects, âgés de 14 ans, ont reconnu les faits lors de leur audition, précisant avoir changé de vêtements aussitôt après les faits pour ne pas être reconnus.

L’un des adolescents a avoué avoir agi « sans autre motivation que la haine qu’il porte à la police ».

Tous deux ont été remis en liberté. Ils devront se présenter le 29 janvier prochain à une convocation de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) puis le 15 mars au juge pour enfants du Havre.



        

















CRISE SANITAIRE

Covid-19. Taux d’incidence, pression hospitalière, vaccinations : les chiffres en Normandie

Le taux d’incidence a augmenté de 17% en une semaine. Le nombre des hospitalisations et des admissions en réanimation continue de croître