Exercice avec des armes factices près de Rouen : « un comportement irresponsable », selon le préfet


80 policiers, 48 sapeurs-pompiers, une équipe du SAMU... Un dispositif d'intervention de grande ampleur a été déployé ce mardi en fin d'après-midi à Saint-Etienne-du-Rouvray. Fausse alerte : l'homme aperçu avec un fusil d'assaut (factice) participait à un exercice organisé dans le secret



Publié le Mardi 29 Juin 2021 à 19:57


Des moyens importants ont été mobilisés dont la brigade de recherche et d'intervention (BRI) - Illustration
Des moyens importants ont été mobilisés dont la brigade de recherche et d'intervention (BRI) - Illustration
Branle-bas de combat ce mardi 29 juin, vers 17 heures quand le standard de Police secours (17) a reçu deux appels de témoins déclarant avoir vu un homme armé, « de ce qui semble être un fusil d'assaut », s'introduire dans la zone d'activité située rue du Pré aux Boeufs à Saint-Étienne-du-Rouvray, dans l’agglomération rouennaise.

Immédiatement, un dispositif d’intervention de grande ampleur a été déployé par la Direction départementale de sécurité publique (DDSP) et un périmètre de sécurité a été mis en place dès l'arrivée des premiers policiers.

« Conformément au schéma national d'intervention, les policiers de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la direction territoriale de la police judiciaire de Rouen ont été engagés en colonne d'assaut, assistée de nombreux policiers de sécurité publique, pour un total de 80 policiers engagés », détaille Pierre-André Durand, préfet de la Seine-Maritime dans un communiqué.

► Un exercice avec des armes factices

Parallèlement des moyens de secours et médicaux ont été pré-positionnés à proximité immédiate du dispositif policier, notamment une équipe du SAMU 76, et 48 sapeurs-pompiers avec 34 engins, tandis que 30 autres sapeurs-pompiers ont été mis en pré-alerte.

La levée de doute a été réalisée par la colonne d'assaut de la BRI sur l'ensemble du site, précise la préfecture.

« A l'issue de cette opération, les forces de l’ordre ont découvert qu'un exercice avec des armes factices a été organisé d'initiative par des agents d'une société de sécurité privée dont les locaux sont implantés sur le site, sans que ces derniers ne préviennent ni les forces de l'ordre, ni les autorités, ni les riverains ».

► Le préfet : « un comportement irresponsable»

Le représentant de l’État a condamné fermement ce soir « ce comportement irresponsable, qui a donné lieu à l'engagement de près de 130 policiers, sapeurs-pompiers et soignants ».