Pour suivre infoNormandie
Facebook
Twitter
Threads
Mastodon
Newsletter


Violences urbaines : quatre suspects interpellés par la gendarmerie à Gaillon (Eure), après 5 mois d'enquête


Quatre hommes, dont deux sont mineurs, sont en garde à vue depuis ce lundi matin dans l'Eure. Ils sont soupçonnés d'avoir pris une part active dans les violences urbaines qui avaient secoué la ville de Gaillon, il y a cinq mois, après la mort du jeune Nahel, tué par un tir policier en région parisienne



Publié le 04/12/2023 à 12:02,



Les investigations destinées à identifier les auteurs des violences urbaines ont mobilisé des moyens importants, à savoir 75 militaires du groupement de gendarmerie de l'Eure - Illustration © infonormandie
Les investigations destinées à identifier les auteurs des violences urbaines ont mobilisé des moyens importants, à savoir 75 militaires du groupement de gendarmerie de l'Eure - Illustration © infonormandie
Cinq mois après les émeutes qui ont secoué la ville de Gaillon  (Eure), quatre hommes, dont deux mineurs, ont été interpellés à leur domicile tôt ce lundi matin par les gendarmes. Ils ont été placés en garde à vue. 

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2023, lors des émeutes déclenchées par la mort de Nahel, tué par un tir policier à Nanterre (Hauts-de-Seine) une série d'actes de violence urbaine avait été commise à Gaillon : destructions par incendie, tirs de mortiers contre les forces de l’ordre, intrusions dans la caserne de la Gendarmerie et dégradations de véhicules de secours. Les auteurs de ces faits étaient depuis activement recherchés. Quatre suspects ont ainsi pu être identifiés à l'issue d'une minutieuse enquête sous l'autorité du procureur de la République d'Évreux.

Interpellés à leur domicile ce matin

Ce lundi 4 décembre, les gendarmes du groupement de l'Eure sont passés à l'action. Dans un premier temps, à sept heures, ils sont allés cueillir à leur domicile les quatre hommes, dont deux mineurs, soupçonnés d'être impliqués dans les violences urbaines commises il y a cinq mois. Ils ont été placés immédiatement en garde à vue.

Dans la foulée, vers 10 heures, les forces de l'ordre ont investi les parties communes des immeubles du quartier la « Verte bonne » et de la rue de « l’Orrienne », connus pour être les lieux de regroupement des émeutiers lors des événements, précise la préfecture de l'Eure dans un communiqué.

75 gendarmes mobilisés

Quelque 75 militaires de plusieurs unités du groupement de gendarmerie de l'Eure ont été mobilisés dans le cadre de cette enquête et des opérations de police judiciaire qui ont conduit à ces interpellations, ce lundi matin.  À cette occasion, trois équipes cynophiles de la Région de gendarmerie de Normandie et un appui d'observation aérienne avec un hélicoptère de la Section aérienne de la gendarmerie, basé à Villacoublay (Yvelines), ont été appelés en renfort.





              


-----------------------------





QR Code pour télécharger l'application infoNormandie