FAITS DIVERS

Seine-Maritime : ils avouent avoir lacéré 400 pneus par « oisiveté » au Havre et à Sainte-Adresse


Jeudi 7 Septembre 2017 à 16:42


Les plaintes continuent d'affluer au commissariat de police du Havre (Seine-Maritime). Les deux jeunes gens -19 et 22 ans - soupçonnés d'avoir lacéré plus de 400 pneus sur 200 véhicules, durant trois nuit au Havre et à Saint-Adresse, ont été remis en liberté à l'issue de leur garde à vue.
Les enquêteurs du groupe judiciaire de voie publique ont été recueilli 175 plaintes de victimes. Ils en attendent d'autres (Illustration)
Les enquêteurs du groupe judiciaire de voie publique ont été recueilli 175 plaintes de victimes. Ils en attendent d'autres (Illustration)

Déjà 175 plaintes ont été enregistrées, et les enquêteurs en attendent d'autres. Au total, ce sont pas moins de 400 pneus qui ont été crevés à l'aide de deux opinels et d'un tournevis en quelques heures, entre le 1er et le et 5 septembre. Les auteurs de ces dégradations, sans emploi, ont reconnu l'intégralité des faits. Ils ont déclaré avoir agi par "oisiveté, pour s'amuser".

Après avoir lacéré les pneus de 70 véhicules deux nuits de suite dans les quartiers populaires de Bléville, Sanvic et Graville au Havre et dans la commune voisine de Sainte-Adresse, le duo a récidivé durant la nuit de lundi à mardi. Il s'est attaqué cette fois à 54 autres véhicules, selon le même opératoire et toujours au Havre. 

Un préjudice évalué à 80 000€

Trop, c'est trop. Mardi peu avant 4 heures du matin, ils ont été repérés par un témoin rue de Washington, couteaux à la main. L'homme a appelé immédiatement la police. Les deux Havrais ont été interpellés et placés en garde à vue.

Lors de leurs auditions par les policiers du groupe judiciaire de voie publique, ils ont avoué l'intégralité des faits, y compris ceux des nuits précédentes. Ils ont expliqué qu'ils s'en prenaient à tous les véhicules qui se trouvaient sur leur chemin sans distinction de marque, de cylindrée ou de modèle. Ils lacéraient parfois deux pneus, parfois les quatre. Le montant du préjudice est estimé à 80 000€. 

Examen psychiatrique

Les vandales ont été remis en liberté sur instruction du parquet du Havre. L'enquête policière se poursuit : elle consiste à recueillir les plaintes des autres victimes. Ils seront reconvoqués ultérieusement par les enquêteurs dès que le dossier sera complet, indique-t-on au commissariat du Havre.

Dans l'immédiat, les deux jeunes désoeuvrés vont faire l'objet d'un examen psychiatrique. Il appartiendra ensuite à la justice de décider de la nature des poursuites judiciaires qu'il convient de prendre à leur encontre.








FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS