Yvelines : impliqué dans des vols de paires de lunettes, il est confondu par son ADN


Lundi 7 Novembre à 15:42


Le magasin Optical Center est situé en bordure de la N10 à Coignières (illustration)
Le magasin Optical Center est situé en bordure de la N10 à Coignières (illustration)
L'un des malfaiteurs impliqués dans le vol de plusieurs milliers de paires de lunettes au préjudice de magasins Optical Center dans les Yvelines et en Seine-Saint-Denis, a été placé en garde à vue dans les locaux de la sûreté départementale des Yvelines. Il était déjà en prison.

Dans la nuit du 8 décembre 2015, un vol était commis au préjudice du magasin « Optical Center » à Coignières. Le mode opératoire observé laissait clairement entrevoir aux enquêteurs que le vol avait été perpétré par une équipe structurée de malfaiteurs chevronnés accédant par les toits et découpant les tôles ondulées. Une fois le dispositif de sûreté neutralisé, les malfaiteurs dérobaient la majeure partie des lunettes stockées dans la réserve ou exposées en boutique.

Un préjudice de 132 000 €

La société d'optique déplorait la disparition de 2000 paires de lunettes haut de gamme pour un préjudice de 132 000 euros. Un coffre fort renfermant les recettes était également dérobé et découvert non loin du lieu de l’infraction, éventré. Des prélèvements aux fins de recherches d’ADN étaient alors réalisés par la police technique et scientifique.

Les enquêteurs apprenaient que des faits similaires avaient été commis selon un mode opératoire semblable le 14 juillet 2015. Le butin s'élevait alors à 170 000 euros.

Son ADN retrouvé sur une bêche

Les investigations permettaient aussi aux policiers d'établir qu’un stock de 1000 paires de lunettes correspondant à celles dérobées, était entreposé dans un pavillon de Seine-Saint-Denis, occupés par des ressortissants de l’Europe de l’Est. Lors de la perquisition, il était découvert les sacs ayant contenu les lunettes mais le butin avait disparu. Plusieurs armes étaient incidemment découvertes.

Après exploitation des divers scellés, un ressortissant roumain était identifié. Son ADN était isolé sur la bêche ayant permis de fracturer le toit du magasin yvelinois.

Le suspect était en prison

Un autre ADN masculin non identifié était également mis en évidence sur d’autres outils, et il apparaissait aussi sur les faits de juillet 2015. Cette trace permettait ainsi de faire un rapprochement avec un autre vol avec effraction commis à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) en février 2016, toujours au sein de l’enseigne « Optical Center ».

Incarcéré pour des faits similaires, le mis en cause, âgé de 28 ans et d'origine Roumaine, était extrait de sa cellule le 2 novembre dernier à la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis). Placé en garde à vue pour être interrogé, le suspect restait muet sur son implication. Il a réintégré sa cellule.







PUBLICITE.














Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE




Publicité

 
cookieassistant.com