Mort du tireur "désespéré" de Mantes-la-Jolie : « Il aurait pu faire un massacre »


Publié le Mercredi 15 Décembre à 10:26

Le sexagénaire souffrait de dépression récurrente. Il avait manifesté son intention de mettre fin à ses jours, dans des lettres retrouvées à son domicile à Limay. Après avoir tiré une dizaine de fois en l'air, sans blesser personne, à Mantes-la-Jolie, il a mis sa menace à exécution en se tirant une balle dans la tête



L'homme que l'on voit sur cette capture d'écran provenant des réseaux sociaux était armé d'un pistolet automatique datant de la  Seconde guerre mondiale et d'un fusil de chasse -
L'homme que l'on voit sur cette capture d'écran provenant des réseaux sociaux était armé d'un pistolet automatique datant de la Seconde guerre mondiale et d'un fusil de chasse -
Scène ahurissante : elle s'est déroulée ce mardi en milieu d'après-midi dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines).  Un homme tenant dans une main un pistolet automatique et dans l'autre un fusil de chasse a tiré une dizaine de coups de feu en l'air, sans faire de blessé. Puis il a retourné son arme de poing contre lui en se tirant une ultime balle dans la tête. Il est mort sur place.

Une arme à feu dans chaque main

Il était aux environs de 15h30, quand une série de coups de feu ont retenti. Un homme, la tête recouverte par une sorte de bonnet noir et tenant dans chaque main une arme à feu, gesticulait sur le terre plein de l'avenue du Général-de-Gaulle, au pied de la tour Véga.


Sur une vidéo publiée sur les réseaux sociaux (ci-dessus) ont voit cet homme dont le comportement ne semble pas normal tirant en l'air, « sans jamais viser ni menacer directement personne », selon les témoignages recueillis par la police. Si tel avait été son intention, « il aurait pu faire un massacre », admet le commissaire divisionnaire Christophe Cordier, patron de la circonscription de sécurité publique  de Mantes-la-Jolie.

« Il souffrait d'une dépression récurrente »

Cet homme, âgé de 62 ans, domicilié à Limay à l'autre bout de Mantes-la-Jolie, était arrivé à vélo au pied de la Tour Véga où habite une de ses amies. Il aurait chercher à prendre contact avec elle, avant de commettre l'irréparable en se tirant une balle dans la tête au milieu de l'avenue. Cette femme va être entendue naturellement par les enquêteurs de la Sûreté urbaine. 

Selon les premiers éléments, le sexagénaire, ancien agent de sécurité, souffrait d'une « dépression récurrente ». Sa famille l'a en effet confirmé aux policiers. Père de deux grands enfants, il vivait seul à Limay. 


Le sexagénaire s'est tiré une balle en pleine tête au pied de la Tour Véga, avenue du Général-de-Gaulle. Son décès a été déclaré sur place par le médecin du SAMU  

En finir avec la vie

Des lettres ont été retrouvées à son domicile par les policiers. Dans celles-ci, il expliquerait clairement son intention d'en finir avec la vie. « Ce n'est pas quelqu'un qui avait un parcours meurtrier, mais celui plutôt d'un homme désespéré », analyse une source proche de l'affaire. Les armes en sa possession étaient un pistolet automatique datant de la Seconde guerre mondiale et un fusil de chasse à deux coups.

Les investigations, confiées à la Sûreté urbaine du commissariat de Mantes-la-Jolie, vont se poursuivre même si, avec la mort du mis en cause, l'action publique est éteinte.
 



         Partager Partager


















Suivez-nous sur Facebook