Voitures incendiées, tirs de mortiers : une nuit du 14 juillet sous tension dans les Yvelines


Mis en ligne le Mercredi 14 Juillet à 11:22

Au moins 25 véhicules ont brûlé dans les Yvelines, au cours de la nuit du 13 au 14 juillet. Visées par des tirs de mortiers, les forces de l’ordre ont riposté avec leur armement collectif et interpellé trois suspects



25 véhicules ont été incendiés, dont 9 à Mantes-la-Jolie, 7 à Trappes et 6 a Sartrouville - illustration
25 véhicules ont été incendiés, dont 9 à Mantes-la-Jolie, 7 à Trappes et 6 a Sartrouville - illustration
Voitures et poubelles incendiées, tirs de mortiers d’artifice, jets de projectiles … Nuit particulièrement mouvementée que celle du 13 au 14 juillet dans certaines villes des Yvelines, connues pour leurs quartiers difficiles.

Policiers et sapeurs-pompiers ont été mobilisés toute la nuit pour faire front à une multitude de violences urbaines, qui se sont soldées par près d’une trentaine de véhicules brûlés, certains par propagation, et trois interpellations.

Voitures incendiées à Mantes-la-Jolie

Dans plusieurs cas, les forces de l’ordre ont été contraintes de faire usage de leur armement collectif (grenades lacrymogènes, de désencerclement, lanceurs de balles de défense) pour disperser les assaillants.

Comme à Mantes-la-Jolie, au Val-Fourré, où à l’occasion d’une intervention au milieu de la nuit pour des incendies de voitures (au moins neuf voitures ont été brûlées dans la nuit) les policiers ont été pris à partie par une cinquantaine d’individus hostiles.

Ou encore, un peu plus tard, rue du Docteur Bretonneau, où un groupe d’une quinzaine de jeunes a lancé des mortiers d’artifice en direction des policiers. Ces derniers ont riposté par des tirs de LBD et une grenade lacrymogène.

Climat tendu aux Mureaux

Même climat tendu aux Mureaux. En milieu de soirée. Rue Salvador Allende, un équipage de la brigade spécialisée de terrain a essuyé des tirs de mortiers.

Dans le même temps, une vingtaine d’individus ont été repérés en train de disposer des poubelles en travers de la rue de la République dans le but d’en découdre avec les policiers. La réplique immédiate des forces de l’ordre, visées par des tirs de mortiers, a mis en fuite les émeutiers.

Des violences urbaines ont été signalés un peu plus tard dans le quartier des Musiciens, rue Jean-Jacques Rousseau et rue Rouget de l’Isle. Dans tous les cas, les policiers ont fait usage de leur armement anti-émeutes.

A La Verrière, une poubelle disposée contre la façade d’une école maternelle, allée des Chênes, a été incendiée. Le feu a été rapidement éteint.

Des interpellations à Élancourt et Guyancourt

Malgré le contexte difficile, quelques interpellations ont eu lieu. A Élancourt, vers minuit et demi, un jeune homme de 18 ans a été neutralisé par un témoin alors qu’il tentait d’incendier une poubelle, place du Général-de-Gaulle (mairie).

A Guyancourt, deux adolescents, dont un âgé de 12 ans, ont également été interpellés pour avoir tiré des mortiers d’artifice en direction de policiers, boulevard Beethoven.

Le même phénomène de violence a été constaté à la Celle-Saint-Cloud, Trappes, Montigny-le-bretonneux, Saint-Cyr-l’École, Sartrouville ou encore Bougival.

Les forces de l’ordre n’ont déploré aucun blessé dans leurs rangs, selon une source policière.



         Partager Partager