L’abbé Michel se lâche après la messe et insulte le chef de l’État : le préfet de l’Eure saisit la justice



Publié le 03/06/2019 à 17:59

Entouré de « gilets jaunes », le prêtre du Planquay, dans l’Eure, a chanté des slogans hostiles à Emmanuel Macron à l’heure de la messe. La vidéo fait les choux gras des réseaux sociaux



L’abbé Michel entouré de gilets jaunes dans l’eglise du Planquay dimanche matin - capture d’écran/Youtube
L’abbé Michel entouré de gilets jaunes dans l’eglise du Planquay dimanche matin - capture d’écran/Youtube
La vidéo a fait le tour de France et a été abondamment reprise par les médias. Il est vrai qu'un ex-curé qui chante après avoir célébré la messe des slogans anti-Macron et insulte le chef de l'Etat, l'affaire ne pouvait pas passer inaperçue sur les réseaux sociaux.

La scène se déroule dimanche 2 juin dans une église normande, celle du Planquay, une bourgade de 156 habitants située aux confins des départements de l'Eure et du Calvados.

« Officiellement suspendu »

Sur cette vidéo, qui a été vue plusieurs milliers de fois, on voit (et entend) l’abbé Francis Michel, en soutane et entourés de « gilets jaunes », entonner des slogans pour le moins hostiles envers le président de la République : "Emmanuel Macron, ô tête de con, on vient te chercher chez toi..."

Offusqué, le préfet de l’Eure, Thierry Coudert, n’a pas tardé à réagir dès la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux. Il a tout d’abord tenu à rappeler, dans un communiqué, que « cet abbé est, en fait, officiellement suspendu depuis le 2 novembre 2016 et à ce titre n'est plus en droit d'officier au sein de la dite église du Planquay »


Le préfet saisit la procureure de la République

En sa qualité de représentant de l’État, et « compte tenu de la nature des faits », Thierry Coudert indique avoir « immédiatement saisi la Procureure de la République «au titre de l’article 40, qui appréciera des poursuites à engager ».

Pour le préfet, ces faits pourraient relever de la combinaison des articles 26, 34 et suivants de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des églises et de l’État ainsi que des dispositions de l’article 433-5 du code pénal pour outrage à la personne du Président de la République.

Condamné pour détournement

L'abbé Francis Michel n’a plus le droit de célébrer la messe au Planquay depuis qu’il a été condamné en 2015 à 15 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel d'Évreux. Il a été reconnu coupable d’avoir détourné plus de 100 000 euros sur l'argent de la quête entre 2006 et 2008.

Pour sa part, Mgr Christian Nourrichard, évêque d'Evreux s’est dit « choqué » par cette vidéo.
























AGENDA









Suivez-nous sur Facebook