Une touriste japonaise frappée et violée à Rouen : l'ADN de l'auteur présumé était dans les fichiers de la police


Mercredi 26 Mars 2014 à 09:13 l Actualisé Mercredi 26 Mars 2014 - 18:27



L'étudiante japonaise était venue passer la journée à Rouen pour faire du tourisme. Le soir venu, à la gare de Rouen, elle a raté le dernier train à destination de Paris. Elle a été abordée par son agresseur alors qu'elle retournait dans le centre ville en pleine nuit  (Photo DR)
L'étudiante japonaise était venue passer la journée à Rouen pour faire du tourisme. Le soir venu, à la gare de Rouen, elle a raté le dernier train à destination de Paris. Elle a été abordée par son agresseur alors qu'elle retournait dans le centre ville en pleine nuit (Photo DR)
L'affaire n'avait pas été ébruitée afin de donner toutes leurs chances aux enquêteurs d'identifier et d'interpeller le présumé coupable d'un viol avec violences sur une étudiante japonaise, de passage à Rouen.

La jeune femme, une Parisienne de 21 ans, était venue passer la journée dans la capitale haut-normande, lundi 17 mars. Elle a prévu de prendre le dernier train à la gare de Rouen à destination de la gare Saint-Lazare. Mais elle elle arrive trop tard.

Voyant qu'il n'y a plus de train avant le lendemain matin, la jeune japonaise décide de retourner en ville. Sur son chemin, en direction de la rue Jeanne-d'Arc, elle rencontre un homme.

Ce dernier entame la discussion avec elle qui parle quelques mots seulement de français. Il lui propose de l'aider. Mais l'individu finit par l'entraîner dans les parties communes d'un immeuble du centre-ville. Là, il la frappe sauvagement, tente de l'étrangler. Puis il abuse sexuellement de la jeune étudiante à plusieurs reprises, avant de l'abandonner sur place après lui avoir dérobé son téléphone portable pour ne pas qu'elle appeelle la police et sa carte bancaire .

L'ADN d'un sans domicile fixe de 26 ans

La jeune femme n'ira pas déposer plainte tout de suite, mais seulement le lendemain matin, mercredi 18 mars, à la Brigade des réseaux ferroviaires à Paris. Alertés des faits, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) confie les investigations à la Brigade des moeurs de la sûreté départementale.

Tout va alors très vite. Les enquêteurs se rendent immédiatement sur la scène de crime, en compagnie de la victime venue de Paris pour être auditionnée sur les faits qui se situent, selon elle, entre minuit et 3 heures du matin. Ses vêtements sont saisis et placés sous scellés pour être envoyés à l'Institut national de la police scientifique (INPS) à Lille.

Parallèlement, un portrait robot est établi à partir des renseignements fournis par la jeune femme. Le résultat des analyses ADN tombent le 21 mars et révèle que les empreintes génétiques correspondent à celles d'un homme de 26 ans, sans domicile fixe, répertorié dans la base du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). 

L'auteur présumé interpellé près de Gournay-en-Bray

Cuigy-en-Bray, un village de l'Oise situé à une soixantaine de kilomètres de Rouen @Google Maps
Cuigy-en-Bray, un village de l'Oise situé à une soixantaine de kilomètres de Rouen @Google Maps
Les policiers mettent alors en place un vaste plan de recherches pour retrouver le suspect connu pour fréquenter les foyers de l'agglomération rouennaise. Mais c'est d'abord la gare qui est placée sous surveillance puis les foyers où il est censé loger. L'individu est finalement localisé et interpellé, dans l'après-midi de lundi 24 mars, à Cuigy-en-Bray, un village de l'Oise situé situé sur la route de Beauvais à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Gournay-en-Bray, en Seine-Maritime, 

Le mis en cause a été déféré ce mercredi matin au palais de justice de Rouen. Il a été mis en examen ce soir pour viols, vol et agression et placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Rouen à l'issue du débat contradictoire dans le bureau du juge des libertés et de la détention (JLD). Une information judiciaire a été ouverte au cabinet d'un juge d'instruction par le procureur de la République.







Réagissez à cet article

1.Posté par lerouge le 24/06/2014 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai honte pour mon pays, j'ai honte d'être Français(mais,l'identité du violeur n'étant pas donné,était-il Français et si oui de quelle origine?) lorsque je lis des horreurs pareilles.On devrait couper les parties sexuelles de tous ces violeurs

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com