Publicité.



Un trafic de drogue démantelé à Bernay : 15 suspects dans les filets de la gendarmerie


Publié le Jeudi 13 Mars 2014 à 22:55 l Actualisé le 14/03 - 01:45


Pourt mener à bien ce coup de filet, la gendarmerie de l'Eure avait mobilisé une soixantaine de ses hommes et ses unités spécialisées (Photo d'illustration)
Pourt mener à bien ce coup de filet, la gendarmerie de l'Eure avait mobilisé une soixantaine de ses hommes et ses unités spécialisées (Photo d'illustration)
EURE - Tout part d'un renseignement anonyme. En mai 2013, les gendarmes sont informés de l'existence d'un trafic de résine de cannabis à Bernay. Une enquête est ouverte et les investigations permettent d'identifier un revendeur et plusieurs consommateurs.

Alors que l'affaire suit son cours, un deuxième renseignement anonyme est recueilli par les enquêteurs quelques mois plus tard, en septembre. La brigade de recherches de Bernay fait rapidement un rapprochement entre les deux dénonciations. Si bien que les deux affaires sont reliées.

Un réseau "bien structuré"

Les investigations reprennent de plus belle : surveillances, écoutes téléphoniques, filatures... Tous les moyens humains et technologiques sont mis en oeuvre pour arriver à confondre les trafiquants et surtout la tête du réseau.

Les gendarmes prennent leur temps. Comme toujours dans les affaires de stupéfiants, il faut amasser des éléments de preuve. Ils savent qu'ils sont en présence d'un trafic de résine de cannabis « important », « bien structuré » qui rayonne à Bernay et dans les communes voisines (Plasnes, Serquigny, Pont-Audemer...) Reste alors à passer à l'action.

60 gendarmes sur le qui-vive

Le feu vert est donné. Mardi 11 mars, à 6 heures (l'heure du laitier pour reprendre le jargon des forces de l'ordre), une soixantaine de gendarmes est sur le qui-vive. L'intervention est bien calée, chacun sait ce qu'il a à faire. Dernier briefing avant le début de l'opération : il s'agit d'intervenir simultanément à 16 endroits.

Plusieurs unités de gendarmerie sont mobilisées : les militaires des communautés de brigade de Bernay, de Brionne et de Saint-Georges-du-Vièvre, la brigade de recherches de Bernay, le peloton d'intervention et de surveillance (PSIG), les équipes cynophiles d'Evreux (avec leurs chiens andi-drogue) et un technicien en investigation criminelle des nouvelles technologies d'Evreux.

De la drogue, de l'argent et des armes saisis

Carton plein : dans leur filet, entre lundi matin et mardi soir, les gendarmes ramènent quinze suspects qui sont placés immédiatement en garde à vue. Dans un même temps, 18 consommateurs identifiés tout au long de l'enquête sont également interpellés pour être auditionnés hors garde à vue.

Des perquisitions sont réalisées au domicile respectif de chacun des suspects. De la drogue, de l'argent liquide, trois armes (un fusil à pompe à canon scié et deux armes de poing), des vêteme,nts contrefaits des marques Lacoste et Armani, ainsi qu'un téléphone volé sont saisis et placés sous scellés.

Quatre suspects traduits en justice 

Au final, quatre des présumés trafiquants, âgés entre 21 et 30 ans et originaires de Bernay, ont été déférés ce jeudi 13 mars en tout début d'après-midi au palais de justice d'Evreux. Ils devaient faire l'objet d'une comparution immédiate dans l'après-midi devant le tribunal correctionnel.

Les autres mis en cause ont été remis en liberté et seront cités à comparaître ultérieurement devant le tribunal correctionnel.






EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE