Un maniaque interpellé pour avoir passé 450 appels malveillants à Police secours !


Vendredi 30 Août 2013 à 15:17 l Actualisé Dimanche 1 Septembre 2013 - 19:12



Le standard de police secours (le 17) a été submergé par les appels de ce maniaque
Le standard de police secours (le 17) a été submergé par les appels de ce maniaque
ROUEN (Seine-Maritime). Un homme de 50 ans a été interpellé jeudi 29 août, dans la soirée, dans le studio mis à sa disposition par l'Armée du salut, rue Anatole-France, à Rouen. Didier est soupçonné d'avoir passé sur une période de trois jours au moins 450 appels téléphoniques au Centre d'information et de commandement (CIC) qui gère le 17 et les appels de police secours à l'hôtel de police de Rouen.

300 appels en 14 h

Les appels ont été reçus par les policiers le vendredi 23 août entre 14 h et 22 h et le samedi entre 4 h et 10 h. Un homme tenait des propos injurieux au téléphone. Il disait à son interlocuteur policier - uniquement lorsqu'il s'agissait d'une voix masculine - qu'il voulait, entre autres, qu'on le menotte, qu'on l'attache à un radiateur et qu'on l'enduise d'huile de vidange...

Ce maniaque du téléphone s'est manifesté ainsi quelque 300 fois, et ce n'était pas fini...

Son numéro s'affichait

Le quart judiciaire, en charge des premières investigations, n'a pas eu de mal à identifier le numéro du téléphone portable qui s'affichait à chaque fois sur l'écran du standard. Les policiers ont alors pu identifier rapidement, via l'opérateur téléphonique, son propriétaire avec son nom et son adresse. Restait à le localiser et à l'interpeller.

Quand les enquêteurs sont allés chez lui à plusieurs reprises, Didier n'était jamais là. Et les voisins étaient incapables de dire où il pouvait bien se trouver. Il fallait attendre que l'individu recherché se manifeste une nouvelle fois pour le localiser à Rouen.

Ce qui n'a pas manqué d'arriver. Ainsi, jeudi 29 août, dans l'après-midi, Didier a appelé le 17 au moins 150 fois en quelques heures, toujours pour tenir les mêmes propos.

Ses journées étaient ennuyeuses

Cette fois, lorsque les policiers sont arrivés chez lui, ils n'ont eu qu'à pousser la porte retenue par un simple loquet pour pénétrer dans le studio et découvrir l'homme qu'ils recherchaient qui tentait de se dissimuler derrière la porte de la salle de bain.

Le quinquagénaire, alors en état d'ébriété, a été ramené à l'hôtel de police. Il a d'abord été placé en cellule de dégrisement avant de se voir notifier sa garde à vue. Au cours de son audition, il aurait déclaré aux enquêteurs du groupe d'appui judiciaire qu'il faisait ça pour occuper ses journées ennuyeuses. Une explication qui n'a pas faire rire du tout les policiers.

L'enquête a permis d'établir que cet homme avait déjà appelé quelques dizaines de fois en mai et juillet dernier.

Didier pourrait faire l'objet d'un placement en milieu psychiatrique.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com