Un jeune pêcheur à pied du Tréport condamné pour avoir égorgé un phoque


Mardi 7 Mai 2013 à 18:43 l Actualisé Mardi 7 Mai 2013 - 21:33



Une forte colonie de phoques est présente dans la baie de Somme. C'est même une attraction pour les touristes  (Photo Picardie Nature)
Une forte colonie de phoques est présente dans la baie de Somme. C'est même une attraction pour les touristes (Photo Picardie Nature)
Pour avoir tué un phoque veau-marin, Thomas G., 21 ans, a été condamné vendredi 3 mai par le tribunal correctionnel de Dieppe à deux mois de prison avec sursis, au retrait d'autorisation de pêche pendant 1 an et à 200 euros d'amende pour "destruction d'espèce protégée" et "pêche dans une zone interdite"

Il devra par ailleurs verser des dommages et intérêts pour un total de 1.400 euros à trois associations qui s'étaient portées parties civiles.

Tué à l'arme blanche

Les faits remontent au 28 mai 2012. Ce jour-là, le cadavre d'un phoque veau-marin est découvert par des promeneurs sur la plage du Tréport (Seine-Maritime). Une autopsie de l'animal est effectuée dans un laboratoire départemental afin de déterminer les causes de la mort. En fait, l'examen clinique de l'animal avait permis de constater qu'il avait été égorgé à l'arme blanche et portait des traces de violences au niveau de la boite crânienne.

Une enquête avait été ouverte par la gendarmerie après qu'une plainte eut été déposée le 19 juin, par Picardie Nature, une association régionale de protection de la nature et de l'environnement. Les investigations menées conjointement avec l'Office national de chasse et de protection de la faune sauvage (ONCFS), avaient permis d'identifier et d'interpeller l'auteur présumé des faits en novembre 2012.

Il s'était vanté à sa petite amie

Lors de son procès le 12 avril dernier, Thomas G., un pratiquant de la pêche au filet, s'est défendu d'avoir tué le mammifère. A la barre, il a affirmé avoir trouvé le phoque mort sur la plage. Pourtant, au moment des faits, il s'était vanté auprès de sa petite amie de l'avoir égorgé : "c'était pour me rendre intéressant vis-à-vis d'elle".

"Dans un but de protéger les saumons et les truites de mer, la pose de filets de pêche est interdite dans un rayon de 2 km à l'embouchure des fleuves côtiers en Seine-Maritime", rappelle Daniel Hanchard, président de la Fédération de Seine-Maritime de pêche et de protection dans les milieux aquatiques. Alors cette condamnation est pour lui une première, et il s'en réjouit. "Il n'y avait jamais eu de poursuites pénales jusqu'à présent contre les pêcheurs qui posent des filets au mépris de la réglementation".

Au cours de cette même audience, trois autres pêcheurs à pied ont été jugés pour de semblables pratiques. Tous ont été condamnés à des peines d'amende et de suspension de leur autorisation de pêche.

Un cas "assez rare, exceptionnel"

Selon Picardie Nature, le cas qui vient d'être jugé à Dieppe, un phoque tué de manière délibérée, est "assez rare et exceptionnelle".

La baie de Somme est réputée pour accueillir une grosse colonie de phoques veaux-marins et de phoques gris. "A partir du début de l'été, ils viennent mettre bas et allaiter leurs petits. Ils sont même une attraction pour les touristes qui peuvent les observer à marée basse".

En août 2012, quelque 370 phoques veaux-marins et 92 phoques gris ont été comptabilisés, indique Picardie Nature.

Voir le site de Picardie Nature








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com