Publicité.



Les facteurs en grève aujourd'hui en Seine-Maritime contre le licenciement de Julien


Publié le Lundi 15 Février 2016 à 08:59 l Actualisé le 15/02 - 11:51


Illustration@DR
Illustration@DR
La distribution du courrier pourrait être très perturbée ce lundi 15 février en Seine-Maritime. A l'appel des syndicats CGT et Sud, les postiers sont invités à se "mobiliser massivement pour le maintien de Julien dans l’entreprise, contre l’exploitation de La Poste, contre la précarisation et pour l’augmentation du personnel et de meilleures conditions de travail".

"Julien, collègue de travail depuis 3 ans viré avec perte et fracas sans aucune raison. Julien, papa de deux jeunes enfants (dont l’un de trois mois). Julien, collègue exemplaire (allant même jusqu’à revenir sur ses congés), aucune réclamation, aucun retard, a eu juste le tort de dire stop à la précarité", écrit la CGT dans un communiqué.

"La Poste, entreprise qui prétend être un modèle social de référence, qui œuvre pour le bien-être de ses agents, qui améliore les conditions de travail (sic), vient de franchir un palier dans l’insoutenable, dans le mépris de ses salariés. La Poste comme elle le dit, ne fait pas de licenciement, elle met fin à n’importe quels contrats, du jour au lendemain".

Les précisions de La Poste

La direction régionale de La Poste nous demande d'apporter les précisions suivantes à propos de la "rupture de relation contractuelle" avec ce facteur.

"La Direction rappelle que le modèle social du groupe La Poste s’articule autour d’engagements très clairs : aucun licenciement ou de mobilité imposée.
Le conflit porte sur la rupture de relation contractuelle avec un facteur.

Le taux de grévistes pour la journée du 15 février 2016 s’élève à 1, 24% sur le département de la Seine-Maritime.

Concernant la rupture contractuelle :
« Par arrêt du 02 février 2016, la Cour d’Appel de Rouen a annulé le jugement du Conseil des prud’hommes de Rouen en date du 28 avril 2014, suite à la saisine d’un agent de l’établissement de Fécamp. Cet arrêt annule le jugement rendu en première instance en ce qu’il avait requalifié les contrats à durée déterminée en un contrat à durée indéterminée.

La Poste prend acte de cette décision de justice. Donc conformément à la décision juridique rendue par la Cour d’Appel de Rouen, la relation contractuelle entre La Poste et l’agent est rompue. »





SEINE-MARITIME | POLITIQUE | ROUEN | LE HAVRE | EURE | NORMANDIE








PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE