Hold-up du tabac-presse des Hauts-de-Rouen : les malfaiteurs ont trouvé le coffre-fort vide


Jeudi 20 Mars 2014 à 17:05 l Actualisé Vendredi 21 Mars 2014 - 00:31



Pour dissuader le gérant et les clients d'intervenir, les malfaiteurs ont fait usage en entrant d'une bombe lacrymogène (Photo d'illustration)
Pour dissuader le gérant et les clients d'intervenir, les malfaiteurs ont fait usage en entrant d'une bombe lacrymogène (Photo d'illustration)
SEINE-MARITIME - On en sait un peu plus sur le déroulement du vol à main armée commis mercredi matin vers 8 heures au tabac-presse La Civette, rue François Couperin, dans le quartier des Hauts-de-Rouen.

L'audition des témoins - le buraliste et trois clients - ont permis d'établir que les malfaiteurs, encagoulés et gantés, étaient armés chacun d'une arme de poing. L'un d'eux était également en possession d'une bombe lacrymogène dont il a vidé le contenu tout de suite en pénétrant dans le tabac.

Contraints de se coucher au sol

Les braqueurs ont ensuite intimé l'ordre aux clients et au gérant de se coucher au sol. Tandis que ces derniers étaient tenus en respect par l'un des individus, ses deux complices sont passés derrière le comptoir et ont fait main basse sur le contenu des deux caisses, soit quelques centaines d'euros. Après quoi, ils ont demandé au gérant, âgé de 48 ans, de les conduire au coffre-fort qu'ils se sont fait ouvrir. Mais celui-ci ne contenait pas d'argent.

Du coup, les malfaiteurs ont pris la fuite par l'arrière boutique et se sont engouffrés dans un monospace au volant duquel les attendait un complice. Le véhicule, signalé volé, a été retrouvé un peu plus tard par les policiers, abandonné à un kilomètre de là. Il a été livré à l'expertise des techniciens de la police scientifique qui ont procédé à des prélèvements d'indices et de traces ADN.

L'enquête est confiée à la brigade criminelle de la sûreté départementale. 








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com