Gendarmes et policiers ont réussi un joli coup de filet en démantelant une équipe de malfaiteurs particulièrement bien structurée. A son actif : une série de vols par effraction et de home-jacking, commis en Seine-Maritime, l'Eure, l'Orne et le Calvados. Lors des perquisitions, 2 kg de résine de cannabis et une arme de poing ont été saisis.

Drogue, arme, cambriolages, home-jacking : une bande organisée de malfaiteurs démantelée en Normandie


Samedi 25 Avril 2015 à 15:55 l Actualisé Samedi 25 Avril 2015 - 17:48



Dans la phase opérationnelle, lors du coup de filet, mardi 21 avril, une cellule spéciale composée de gendarmes et de policiers a été mise en place à la caserne Crosnier, à Rouen
Dans la phase opérationnelle, lors du coup de filet, mardi 21 avril, une cellule spéciale composée de gendarmes et de policiers a été mise en place à la caserne Crosnier, à Rouen
Les faits : le 14 novembre 2014, un cambriolage était commis à Quevreville La Poterie (Seine-Maritime), en zone gendarmerie au préjudice d'une victime qui avait pu donner un signalement précis des auteurs qu'elle avait aperçus.
Trois jours plus tard, le 17 novembre, un véhicule provenant d'un home-jacking commis à Boisney, au sud-ouest de Brionne (Eure) était découvert incendié et dans lequel étaient découverts des objets issus non seulement du cambriolage du 14 novembre mais également d'un autre commis dans une autre commune.

Les éléments recoupés laissaient présumer qu'il s'agissait d'une équipe structurée composée de malfaiteurs localisés sur Rouen et qui commettaient des cambriolages ou home-jacking en série en rayonnant sur la grande région Normandie, supposant une grande mobilité.
Une collaboration étroite
entre la gendarmerie et la police
En raison de ces éléments, les enquêteurs de la Sûreté départementale de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Seine Maritime et ceux du Groupement de gendarmerie de la Seine-Maritime, mobilisés dans le cadre des plans de lutte du Ministère de l’Intérieur contre les cambriolages et les vols de véhicules, collaboraient ensemble et se rapprochaient du procureur de la République de Rouen aux fins de poursuivre leurs investigations dans un cadre juridique adapté.

"Ces enquêteurs mettaient alors en commun leur compétence, leur technicité et leurs moyens complémentaires au sein d'une même cellule d'enquête qui était chargée de rassembler les preuves et de rechercher les auteurs de tous les délits de vols aggravés commis", indique la gendarmerie et la police, dans un communiqué commun.
Une équipe de malfaiteurs
très mobile et organisée
Les investigations menées, constituées premièrement par l'exploitation techniques et scientifiques des traces et indices découverts sur les scènes d'infraction et moyens ayant servis à les commettre, puis par les moyens de surveillance et de filature mis en oeuvre une fois certains suspects identifiés, révélaient un mode opératoire "organisé", mêlant de nombreux protagonistes affectés à des tâches et répartis dans des équipes à tiroirs. Très mobiles, ils sévissaient dans plusieurs départements : la Seine Maritime, l'Eure, le Calvados, l'Orne, principalement en zone rurale ou péri urbaine.

Le 19 décembre 2014, une équipe de 7 individus associés à cette bande était interpellée en flagrant délit dans le Calvados Les éléments d'enquête rassemblés provoquaient l'ouverture d'une information judiciaire auprès d’un juge d’instruction de Rouen. A compter du 9 janvier, les enquêteurs poursuivaient leurs actes sur commission rogatoire du juge d'instruction qui visait 20 délits, principalement qualifiés vols en bande organisée, et imputables à l'un et/ou l'autre d'une quinzaine d'individus tous impliqués dans les faits à des degrés variables.
Coup de filet mardi 21 avril : 21 interpellations.
De la drogue et une arme saisies
Le groupe d'intervention régional (GIR) de Haute-Normandie, rassemblant non seulement des fonctionnaires de police, des militaires de la gendarmerie mais également un inspecteur des douanes et un inspecteur des impôts, était associé afin d'établir l'enquête patrimoniale des mis en cause.

Une opération d'envergure était alors décidée le mardi 21 avril dernier à 6 heures, mobilisant 141 gendarmes et policiers qui procédaient à l'interpellation de 22 personnes et la perquisition de leur domicile. Au cours de ces perquisitions, il était découvert incidemment 2,045 Kg de résine de cannabis chez l'un des suspects et une arme de poing chez un second.
12 mises en examen et 10 placements
en détention provisoire
A l'issue des auditions, réalisées dans le temps d'une garde à vue prolongée à 96 heures pour 17 individus, la responsabilité de 9 suspects était établie en qualité d'auteurs, 4 en qualité de receleurs, et l'organisation et le fonctionnement de l'association étaient compris. En cours d’enquête et après les interpellations, plusieurs objets et véhicules provenant des vols ont pu être découverts.

Au final, 17 individus ont été présentés au juge d'instruction : 12 se sont vu notifier leur mise en examen et 10 ont été placés en détention provisoire.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com