A Louviers, un père de famille tente d'étrangler l'institutrice de sa fille scolarisée en maternelle


Mardi 2 Juillet 2013 à 15:08 l Actualisé Mardi 2 Juillet 2013 - 22:57



L'école des Cascades est située dans le quartier du Hamalet (Google Maps)
L'école des Cascades est située dans le quartier du Hamalet (Google Maps)
Un parent d'élève a été placé en garde à vue lundi 1er juillet au commissariat de police de Louviers/Val-de-Reuil (Eure).

Ce même jour, peu après 16 heures, ce père de famille âgé de 41 ans a agressé violemment une enseignante de l'école maternelle Les Cascades à Louviers, pour une raison futile. Furieux de ne pas retrouver le blouson de sa fille qu'il était venu chercher à l'école, il a empoigné l'institutrice de sa fille et lui a serré très fort la gorge avec une main, sous les yeux de son enfant.

Interpellé en allant déposer plainte

La directrice de l'école, un établissement situé avenue Hélène Boucher dans le quartier du Hamelet, est intervenue pour faire cesser ces violences et ramener l'agresseur à la raison.

L'agresseur est ensuite parti précipitamment dans l'intention d'aller déposer plainte au commissariat de police de Louviers/Val-de-Reuil pour le vol du blouson. Informés de ce qui s'était passé, les policiers ont interpellé le parent d'élève à son arrivée.

Six jours d'ITT

Au cours de sa garde à vue, l'homme originaire de Louviers n'a pas contesté les faits. Il a fait l'objet d'une procédure judiciaire pour "violences sur personne chargée d'une mission de service public dans un établissement scolaire". Il a été remis en liberté et sera convoqué ultérieurement devant le tribunal correctionnel d'Evreux.

La jeune institutrice, très choquée, s'est vu délivrer un certificat médical de six jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Quant au blouson égaré, il avait été emporté par erreur par une autre élève.

Cette agression a suscité une vive émotion et une certaine incompréhension dans le milieu des enseignants de la ville.

Contacté ce mardi par téléphone, l'inspection de l'Education nationale de Louviers ne souhaite pas réagir dans l'immédiat. En revanche, dès qu'elle a été informée, l'inspection académique de l'Eure a demandé à une assistante sociale, conseillère technique auprès du directeur académique, d'établir un rapport sur les circonstances dont se sont déroulés les faits.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com