A Rouen, trois vieilles dames escroquées de plusieurs milliers d'euros par de faux policiers


Publié le 12/11/2019 à 15:32

Ils affirment, au téléphone, être des enquêteurs de l'hôtel de police de Rouen et avoir besoin des coordonnées bancaires pour annuler des opérations frauduleuses sur Internet. Huit personnes âgées ont déjà fait les frais de ces escrocs



Tout se passe par téléphone. L'interlocuteur se fait passer pour un enquêteur de l'hôtel de police pour mettre en confiance sa victime - Illustration © Pixabay
Tout se passe par téléphone. L'interlocuteur se fait passer pour un enquêteur de l'hôtel de police pour mettre en confiance sa victime - Illustration © Pixabay
Décidément, les escrocs et autres arnaqueurs ne manquent pas d'imagination. Valeur sûre de leur activité criminelle, la fonction de policier qui dans la plupart des cas met tout de suite en confiance leurs victimes, à savoir les personnes vulnérables.

La méthode employée récemment à Rouen n'est pas nouvelle : elle a déjà fait de nombreuses victimes dans l'Hexagone. Tout se passe par téléphone et la cible est à chaque fois une femme âgée. Dans le cas présent, ce sont trois vieilles dames de 77, 82 et 84 ans, toutes domiciliées à Rouen, qui ont été contactées sur leur ligne téléphonique fixe les 8 et 9 novembre dernier. 

Une arnaque bien rodée

Un homme, affirmant être un enquêteur de l'hôtel de police, informe son interlocutrice que sa carte bancaire a été piratée et a servi à financer des achats sur des sites internet. Le pseudo-policier n'hésite pas à mettre en cause des escrocs roumains.

Selon un discours bien huilé, il demande à la personne âgée de lui communiquer les numéros figurant sur la carte bancaire ainsi que le code du cryptogramme situé au verso. « J'ai besoin impérativement de ces informations pour annuler les opérations », affirme sans vergogne l'individu qui a également exigé de récupérer les codes qu'ont envoyés la banque pour confirmer (et sécuriser) une transaction d'achat en ligne. 

Déjà huit victimes en 15 jours

A Rouen, deux des trois femmes victimes de ces faux policiers ont fourni leurs coordonnées bancaires à leur interlocuteur sans se méfier. Résultat, leur compte bancaire a été débité de plusieurs milliers d'euros en quelques minutes, via des achats sur internet. 

Une enquête a été ouverte par la sûreté urbaine de Rouen, qui enquêtent déjà sur une série d'escroquerie du même genre. Fin octobre dernier, dans l'agglomération rouennaise, cinq personnes âgées ont également été approchées par téléphone par de faux policiers. Elles aussi ont fait confiance à ces soi-disant policiers, véritables escrocs et arnaqueurs. 

A la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), on rappelle que la police ne demande jamais d'informations de cette nature, à plus forte raison par téléphone. Elle met donc en garde toute personne qui viendrait à être contactée par des personnes se réclamant de ses services. Si tel le cas venait à se produire, il conviendrait d'appeler immédiatement le « 17 » (police-secours).























AGENDA









Suivez-nous sur Facebook