Le Havre : garde à vue jusqu'à mardi pour les braqueurs présumés de la bijouterie Milliaud


Dimanche 18 Août 2013 à 22:08 l Actualisé Lundi 19 Août 2013 - 12:19



Les quatre jeunes Havrais soupçonnés d'être les auteurs du braquage à la voiture-bélier perpétré contre la bijouterie Milliaud vendredi matin au Havre, étaient toujours entendus par les policiers ce dimanche soir 18 août. Leur garde à vue a été prolongée jusqu'à mardi 20 août, date à laquelle ils seront présentés au procureur de la République du Havre.

Ce dernier ouvrira alors une information judiciaire pour "vol avec arme en bande organisée" et "tentative d'homicide sur agents de la force publique".

Une trentaine de témoins entendus

L'enquête confiée à la brigade criminelle de la Sûreté urbaine a permis de déterminer minute après minute le déroulement de ce hold-up et d'établir le rôle de chacun. Les faits ont pu être corroborés par les témoignages des employés et clients présents dans la bijouterie lors de l'attaque. Une trentaine de témoins ont déjà été entendus.

Les enquêteurs ont beaucoup travaillé également sur la personnalité de ces malfaiteurs âgés entre 20 et 25 ans, tous originaires de quartiers populaires du Havre. Des individus que le ministre de l'Intérieur a d'ores et déjà qualifiés de "braqueurs chevronnés". Lire ici la réaction de Manuel Valls

Soulagement des commerçants

Ces arrestations, après celles des braqueurs de la Poste, ont été accueillis avec soulagement par les commerçants du Havre. Depuis le début de l'année, certains d'entre eux ont été mis à rude épreuve. A commencer par la bijouterie Lepage qui a été braquée à trois reprises, parfois dans des conditions extrêmement violents.

D'autres - supermarchés, bureaux de poste, commerces de proximité, banques...- ont été victimes aussi de ces commandos ou équipes, souvent lourdement armés, qui frappent à l'aveugle à la recherche pensent-ils de gros "magots".

L'efficacité de la vidéosurveillance

Face à cette recrudescence de la criminalité, les services de police ont dû s'organiser pour y faire échec. Certains délinquants, "bien connus" de leurs services mais aussi de la justice font l'objet d'une étroite surveillance physique et technique (écoutes téléphoniques). Dans le cas du braquage de la bijouterie Milliaud, les enquêteurs ont bénéficié d'un soutien inattendu, mais ô combien efficace en l'espèce, celui des caméras de vidéosurveillance installées dans le périmètre de la bijouterie.

L'occasion pour le maire de la ville, Edouard Philippe, d'adresser moins d'une heure après ces arrestations, sur son compte Twitter, ses félicitations pour le beau travail accompli par les policiers havrais, dont dix ont été plus ou moins légèrement blessés au cours de l'opération.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com