A Nogent-le-Rotrou, la commerçante étranglée connaissait-elle son ou ses agresseurs ?


Samedi 15 Juin 2013 à 11:54 l Actualisé Samedi 15 Juin 2013 - 12:23



Les résultats de l'autopsie pratiquée jeudi à l'institut médico-légal a révélé que Martine Tessier, la patronne du bar Au Pont de Bois à Nogent-le-Rotrou (Eure et Loir) est morte étranglée. Les examens ont permis de déceler une fracture et des traces de strangulation au niveau du cou de la victime, qui a été découverte sans vie, bâillonnée et ligotée sur son lit mercredi matin 12 juin.

Lire ici le rappel des faits

Désormais, les enquêteurs orientent leurs investigations sur la piste du cambriolage qui aurait mal tourné. Des traces d'effraction ont été relevées sur la porte d'entrée du commerce. Dans cette hypothèse, cela signifierait que la commerçante a surpris son ou ses cambrioleurs en pleine nuit. Ces derniers ignoraient-ils que Martine Tessier habitait au-dessus de son établissement ? Ou alors la connaissaient-elle, ce qui pourrait expliquer qu'ils l'aient étranglée par peur d'être dénoncés ?

Ce qui semble certain, c'est que la patronne du bar Au Pont de Bois a d'abord été bâillonnée et ligotée avant d'être étranglée sur son lit.

La scène de crime va-t-elle parler ?

Les gendarmes disposent assurément d'éléments qui leur permettent de privilégier la thèse du cambriolage qui a mal tourné. Selon le procureur de la République de Chartres, certains paquets entreposés dans le café, qui faisait office de relais-colis, ont été ouverts. Que contenaient-ils ?

Pour l'heure, les enquêteurs en sont à explorer toutes les hypothèses dans l'attente des résultats scientifiques des prélèvements effectués sur la scène de crime par la Cellule d'identification criminelle.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com