Yvelines. Le pseudo "agent secret" accusé de trois vols à main armée chez des commerçants


Lundi 21 Novembre à 10:50

L'homme interpellé hier dimanche dans le centre commercial Pariwest à Maurepas (Yvelines) s'apprêtait à commettre un 4ème braquage



L'homme menaçait ses victimes avec un couteau - Illustration
L'homme menaçait ses victimes avec un couteau - Illustration
L'auteur présumé de trois vols à main armée chez des commerçants de Maurepas (Yvelines) a été interpellé par les policiers ce dimanche 20 novembre, alors qu'il s'apprêtait à commettre un énième mauvais coup. Le braqueur de 38 ans a eu beau affirmé qu'il travaillait pour les services secrets, il a été placé en garde à vue.

Il préparait un 4ème braquage

Depuis un peu plus d'un mois, les magasins du centre commercial Pariwest à Maurepas faisaient l'objet d'une discrète surveillance policière. Il s'agissait pour les hommes du groupe d'atteinte aux biens du commissariat de Trappes, de parvenir à interpeller le ou les auteurs de trois braquages commis, sous la menace d'un couteau, chez des commerçants les 11 et 27 octobre et le 4 novembre.

Lors de cette surveillance, les policiers ont été amenés à s'intéresser à un homme au comportement suspect (« il semblait surveiller des magasins », relate une source policière) et dont le signalement correspondait au malfaiteur recherché. Alors qu'il quittait les lieux, le suspect a été contrôlé et sur lui un couteau dissimulé dans une manche a été découvert. Il a été interpellé pour port d'arme prohibé et placé en garde à vue.

La perquisition de son domicile à Maurepas a permis de trouver des vêtements que le présumé braqueur portait au moment des braquages.

Expertise psychiatrique

Longuement interrogé, le trentenaire a reconnu être venu à Pariwest avec l'intention de commettre un vol à main armée, précisant avoir fait des repérages durant trois jours. Il a également avoué être l'auteur des trois vols précédents.

Le mis en cause, affirmant travailler pour les services secrets, a fait l'objet d'une expertise psychiatrique le temps de sa garde à vue. Il avait déjà été vu par un psychiatre en juillet dernier après avoir été entendu par les policiers dans une affaire de harcèlement sur son ex-concubine. 



         Partager Partager





















Suivez-nous sur Facebook