L'info en continu

Insultes, rébellion, violences : un policier blessé lors d'une interpellation à Rouen


Publié le Jeudi 2 Décembre 2021 à 11:14

Lors d’un contrôle de routine en pleine nuit, un équipage de police secours a été confronté à la violence d’un homme qui voulait s’opposer à son interpellation pour outrage et rébellion



L'auteur des violences a été placé en garde à vue à l'hôtel de police pour outrage, rébellion et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique - Illustration © infoNormandie
L'auteur des violences a été placé en garde à vue à l'hôtel de police pour outrage, rébellion et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique - Illustration © infoNormandie
C'est une voiture arrêtée au milieu de la chaussée, près de la maison d'arrêt Bonne Nouvelle, à Rouen, qui est à l'origine de l'intervention d'un équipage de police secours, cette nuit de mercredi à jeudi.

Il est 1h45, quand l'attention d'une patrouille de police est attirée par cette Renault Twingo qui bloque la rue aux Anglais. En, s'approchant, les gardiens de la paix remarque trois individus à proximité du véhicule et une bouteille de bière sur le toit. Le conducteur de la Twingo s'empresse alors, à la demande des policiers, de garer son véhicule ailleurs. 

« Qu'est-ce qu'ils veulent les keufs ? »

Le contrôle peut alors commencer. Les deux autres hommes se montrent particulièrement récalcitrant et refusent de décliner leur identité. Ils s'énervent, et l'un d'eux lâchent : "Qu'est-ce qu'ils veulent les keufs ?" Fortement alcoolisé, l'un des individus, un rouennais de 24 ans sans domicile fixe, est appréhendé pour "ivresse publique manifeste".

L'autre homme, âgé de 20 ans, n'entend pas se laisser interpeller : il insulte et menace les forces de l'ordre. Il est embarqué de force et dans le véhicule qui se dirige vers l'hôtel de police, l'individu hurle et se débat. Il tente de donner des coups de pied au policier assis à côté de lui. En arrivant au commissariat, il parvient à déséquilibrer ce même policer qui se retrouve au sol. L'agresseur parvient à lui donner un coup de pied au niveau de la nuque, avant d'être maîtrisé fermement.

Six jours d'ITT

L'auteur des violences était toujours en en garde à vue ce jeudi matin  pour outrage, rébellion et violence sur personne dépositaire de l'autorité publique. Le fonctionnaire de police s'est vu délivrer un arrêt de travail.

Le conducteur de la Twingo, âgé de 20 ans et domicilié à Barentin, n'a pas été inquiété.  



              
























Publicité