---

Yvelines : le braqueur d'un magasin de déstockage trahi par son ADN


Publié le 30 Mars 2017 à 19:04 / Actualisé le 30/03/2017 - 23:38

Grâce aux écoutes téléphoniques, les suspects ont pu être confondus par les enquêteurs (Illustration©DGPN)
Grâce aux écoutes téléphoniques, les suspects ont pu être confondus par les enquêteurs (Illustration©DGPN)
Deux malfaiteurs ont été interpellés dans le cadre d'une enquête concernant un vol à main armée ouverte par le commissariat de police d'Elancourt (Yvelines). L'un d'eux a été condamné à 15 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Versailles.

Le 9 février dernier, vers 7 heures, lors de l’ouverture du magasin « Stokomani », spécialisé dans le déstockage de produits de marques à Coignières, un homme, encagoulé et ganté, surgissait et exhibait une arme de poing. Il intimait l’ordre à l’employée de déconnecter l’alarme et de lui remettre l'argent entreposé dans le coffre-fort du magasin. L'employée s’exécutait et le malfaiteur s’emparait de 7950 €.

Démasqué grâce à son empreinte génétique

Lors des constatations, les enquêteurs du groupe d'atteintes aux biens du commissariat d'Elancourt découvraient une lanière du sac de l’agresseur, qui avait servi au transport du butin. Les exploitations de police technique et scientifique permettaient d’isoler le profil génétique d’un individu. Les recherches ne permettaient pas de le localiser, ce dernier étant sans domicile fixe.

Le gérant du magasin faisait part de ses soupçons à l’encontre d’un salarié faisant l'objet d'une procédure de rupture contentieuse de son contrat de travail. Les investigations policières (écoutes téléphoniques) démontraient des liens réguliers entre les deux intéressés et mettaient en lumière un ultime appel, la veille du braquage.

L'attirail du braqueur retrouvé dans sa voiture

Dimanche dernier, le premier mis en cause était interpellé dans une affaire distincte d’outrage. La perquisition de son véhicule permettait de découvrir l’arme de poing, de type pistolet « airsoft », ayant servi à commettre les faits ainsi qu’une cagoule, des gants noirs et un anorak type doudoune noir.

Dans la même journée, l’autre individu était également interpellé. Les deux hommes, âgés de 31 et 29 ans, respectivement sans domicile fixe et domicilié à Coignières, niaient leur implication dans ce vol à main armée.

Sur instruction du magistrat de permanence au parquet de Versailles, le premier individu était déféré et condamné en comparution immédiate à quinze mois d’emprisonnement ferme. Il faisait l’objet d’un mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy. L’autre mis en cause était remis en liberté.












Publicité.



PUBLICITE







S'abonner à notre Newsletter



PUBLICITE








Suivez-nous sur Facebook