Yvelines. Un couple de personnes âgées attaqué et séquestré chez lui à Limay par deux malfaiteurs


Vendredi 14 Novembre 2014 à 09:14 l Actualisé Vendredi 14 Novembre 2014 - 11:07



L'agression s'est produite rue Jacques Duvivier, une rue du centre ville de Limay perpendiculaire à la rue principale (rue Nationale)
L'agression s'est produite rue Jacques Duvivier, une rue du centre ville de Limay perpendiculaire à la rue principale (rue Nationale)
Un couple de personnes âgées a été attaqué et sequestré à son domicile cette nuit de jeudi à vendredi rue Jacques Duvivier à Limay (Yvelines).

Selon le témoignange des deux victimes, âgés de 64 et 71 ans, deux individus les ont braquées un peu après minuit alors qu'elles rentraient chez elles, par deux malfaiteurs déterminés. Ces derniers les ont entraînées dans le sous-sol du pavillon. Ils n'avaient semble-t-il qu'une idée en tête : se faire ouvrir le coffre-fort.

Menacés de mutilations

Mais le couple a résisté et a refusé de délivrer les clefs et la combinaison du coffre. Les individus les "ont alors menacés de mutilations avec des outils", selon une source proche de l'enquête, tout en rouant de coups le septuagénaire.

Pendant plus d'une heure, les malfaiteurs tenté de faire craquer leurs victimes en les menaçant, les intimidant. Finalement, devant la résistance de ces dernières, ils ont ont pris la fuite au volant du véhicule du couple vers 1 h 45. 

Le mari blessé au visage et une main

Un plan de recherches a été mis en place dès l'alerte donnée dans l'agglomération de Mantes-la-Jolie. Un message de signalement des auteurs et du véhicule volé (il est de couleur grise) a été diffusé dans la nuit à toutes les patrouilles de police et de la gendarmerie, via le centre opérationnel et de renseignement de la gendarmerie (CORG). 

Blessé au visage et à une main, le mari a été transporté par les sapeurs-pompiers au centre hospitalier François Quesnay de Mantes-la-Jolie. 

D'après les premières déclarations de la femme, sa maison avait déjà été cambriolée dans la nuit en leur absence.

Une enquête a été ouverte par la Sûreté départementale (SD) pour séquestration, violences volontaires et home-Jacking.







Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com