Violences sur les Hauts-de-Rouen : trois policiers blessés lors de l'interpellation de voleurs de téléphones


Samedi 15 Août 2015 à 10:28 l Actualisé Samedi 15 Août 2015 - 12:43



Des policiers de la brigade spécialisée de terrain (BST) ont été blessés lors de l'interpellation, ce vendredi 14 août, dans le quartier de la Grand-Mare, de trois individus soupçonnés d'un vol avec violences comms jeudi après-midi dans le centre-ville de Rouen.

Il est autour de 15h15. Un équipage de la BST est en patrouille sur les Hauts-de-Rouen, et repère trois jeunes gens dont le signalement correspond précisément à trois individus recherchés. Ils sont suspectés, avec un quatrième, âgé de 17 ans, déjà en garde à vue (il a été interpellé jeudi soir), d'avoir contraint sous la menace un jeune homme à les faire monter dans sa voiture et de l'avoir agressé pour lui dérober son téléphone portable. 

Affrontements physiques

Les policiers décident alors de les appréhender après avoir vérifié leur identité. A cet instant, les individus se rebellent. Les fonctionnaires sont ainsi obligés d'employer la force, c'est-à-dire de les plaquer au sol pour pouvoir leur passer les menottes. L'intervention provoque rapidement un attroupement.

Entre vingt et trente individus se regroupent et encerclent les policiers. Le ton monte et la confrontation tourne rapidement à l'affrontement physique. Trois fonctionnaires sont frappés à coups de poings et de pied. Dans la confusion, l'un des interpellés, âgé de 16 ans, réussit à s'échapper. 

Les deux autres, âgés de 17 et 15 ans, sont ramenés à l'hôtel de police où ils sont placés en garde à vue pour violences aggravées sur agents de la force publique, rébellion. 

Jets de projectiles

A l'arrivée des renforts, les assaillants jetent des projectiles sur les policiers de la compagnie départementale d'intervention (CDI), dont un véhicule est endommagé. Identifié, l'un des émeutiers âgé de 20 ans, est interpellé un peu plus tard à son domicile sur les Hauts-de-Rouen. Il était toujours en garde à vue ce samedi matin. Le calme est revenu dans le quartier après le déploiement des forces de sécurisation.
 
Les investigations ont été confiées d'abord au quart judiciaire puis à la à la sûreté départementale avec la permanence judiciaire.

Les trois policiers blessés se sont vu prescrire chacun une interruption totale de travail (ITT) : trois jours pour l'un, deux jours pour les deux autres.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com