Violences conjugales à Poissy : elle entaille le sternum de son mari avec un couteau de cuisine


Jeudi 23 Avril 2015 à 16:34 l Actualisé Jeudi 23 Avril 2015 - 17:26



L'épouse violente devait être jugée en comparution immédiate ce jeudi après-midi à Versailles (Illustration @Fotolia)
L'épouse violente devait être jugée en comparution immédiate ce jeudi après-midi à Versailles (Illustration @Fotolia)
Une mère de famille de deux enfants, âgée de 39 ans, a été déférée ce jeudi matin au palais de justice de Versailles pour avoir exercé des violences sur son mari.

Les faits remontent au 20 avril dernier, au domicile du couple domicilié boulevard Robespierre à Poissy (Versailles). Peu avant 20h30, ce soir là, les pompiers sont appelés à intervenir pour transporter à l'hôpital Pompidou à Paris, un homme sérieusement blessé au niveau du sternum, par une arme blanche, en l'espèce un couteau de cuisine. La victime, un steward de 48 ans, indique alors aux policiers avoir été frappé par son épouse.

Une plaie de bas en haut du sternum

Auditionné le lendemain sur son lit d'hôpital, il confirme sa déclaration de la veille et précise que les faits se sont produits au cours d'une dispute. Il indique également avoir donné une gifle à sa femme alors que cette dernière, alcoolisée, venait de le frapper. Elle lui portait enfin un coup de couteau de haut en bas au niveau du sternum.

Interpellée par les policiers du commissariat de Conflans-Sainte-Honorine, en charge des investigations, la femme reconnaissait avoir menacé son mari avec un couteau de cuisine. Elle niait cependant avoir voulu le blesser. Elle voulait simplement lui faire peur.

Altération du discernement

Au fil des auditions, et après confrontation avec la victime, l'épouse revenait sur certaines de ses déclarations, notamment sur le fait que son mari l'aurait frappée ce soir là. Elle finissait par admettre ne plus se souvenir de ce qui s'était passé à cause de son alcoolisation due à un état dépressif pouvant déclencher chez elle des accès de colère. Examinée par un médecin, l'expertise psychiatrique a conclu à une alteration de son discernement au moment des faits. 

En attendant, l'auteure des violences et la victime se sont vu délivrer chacun dix jours d'incapacité totale de travail. 

La femme violente devait être jugée ce jeudi après-midi en comparution immédiate devant la 6èe chambre correctionnelle du traibunal de grande instance de Versailles.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com