Une quinzaine d'incendies volontaires à Rouen et Petit-Quevilly : les mêmes mains criminelles ?


Lundi 15 Septembre 2014 à 11:25 l Actualisé Mardi 16 Septembre 2014 - 13:06



Les pompiers sont intervenus une quinzaine de fois dimanche matin entre 4h30 et 7h pour des feux de voitures à Rouen et Petit-Quevilly (Photo d'illustration)
Les pompiers sont intervenus une quinzaine de fois dimanche matin entre 4h30 et 7h pour des feux de voitures à Rouen et Petit-Quevilly (Photo d'illustration)
Une quinzaine de véhicules ont été endommagés, voire entièrement détruits dans certains cas, par des incendies dont l'origine criminelle ne fait guère de doute. Les policiers de la sûreté départementale de Seine-Maritime, en charge des investigations, ont acquis la certitude que les faits sont l'oeuvre d'une même équipe d'incendiaires.

Tous les incendies ont été allumés  dimanche 14 septembre entre 4h30 et 7 heures dans une zone géograhique délimitée par les rues Poterat, Louis-Alexandre Dambourney et Desmarets à Rouen et les rue Jeanne-d'Arc, Ferdinand Roy et l'avenue Jean-Jaurès à Petit-Quevilly.

Six véhicules calcinés dans un appenti

L'incendie le plus important a fait de gros dégâts dans des bâtiments inhabités situés dans une arrière-cour où sont implantés une société d'ambulances et une entreprise d'électricité, rue Jeanne-d'Arc à Petit-Quevilly. Six véhicules stationnés dans un appenti ont été entièrement détruits et quelques commerces (un salon de coiffure et une épicerie halal, notamment) ont été endommagés également par le feu, qui s'est déclaré vers 6h30.

Auparavant, une Renault Scénic s'était enflammée dans la cour fermée d'un pavillon rue Ferdinand Roy. Le véhicule a entièrement brûlé, sans toucher l'habitation.

Enquête de voisinage et appel à témoin

Plusieurs autres feux de voitures ont été signalés, dans le même créneau horaire et secteur. Dans certains cas, en se propageant, les flammes ont provoqué des dégradations sur les façades de maisons ou de commerces, mais aussi des compteurs électriques.

Les policiers du groupe de voie publique ont procédé dès dimanche à une première enquête de voisinage. De nouvelles investigations sont prévues dans les prochaines heures auprès des victimes et du voisinage. A ce propos, un appel à témoin est lancé : toute personne susceptible d'apporter des éléments dinformation (véhicule ou individus suspects) sont invités à prendre contact avec la Sûreté départementale au 02 32 81 42 58.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com