Course poursuite en pleine nuit sur l'autoroute A13. L'automobiliste avait forcé un contrôle de police, à Versailles, et percuté à deux reprises le véhicule des forces de l'ordre.

Une Clio prise en chasse par la police entre Versailles et Epône : deux jeunes gens appréhendés


Lundi 10 Août 2015 à 23:22 l Actualisé Mardi 11 Août 2015 - 14:01



@Illustration. Le conducteur de la Clio a refusé de s'arrêter à un contrôle à Versailles et a pris la fuite
@Illustration. Le conducteur de la Clio a refusé de s'arrêter à un contrôle à Versailles et a pris la fuite
Deux jeunes gens, un homme et une femme, ont été placés en garde à vue dans la nuit de dimanche à lundi. Ils ont été interpellés après une course-poursuite sur l'autoroute A13 qui a commencé à Versailles et s'est achevée à Epône (Yvelines).

Vers 23h30, un équipage de la brigade anti-criminalité tente de contrôler une Clio blanche, rue de l’Orangerie à Versailles. Le conducteur refuse de s'arrêter. Il fonce même "délibérément" à deux reprises sur le véhicule de police avant de prendre la fuite en direction de l'A12.

Course-poursuite sur l'A13

La Clio, avec d’eux personnes à bord, est alors prise en chasse d'abord sur l'A12 puis sur l'A13. Lors de la course-poursuite, les policiers remarquent que les occupants se débarrassent par les fenêtres de plusieurs petits paquets.

Les fuyards sont finalement interceptés à hauteur de la sortie d'Epône - Gargenville. Le conducteur et sa passagère, âgés de 19 ans et demeurant respectivement au Kremlin Bicêtre et à Chevilly-Larue, sont interpellés.

Les recherches effectuées en compagnie des CRS de l'autoroute n'ont permis de retrouver les paquets jetés par les fenêtres de la Clio. Seule une petite quantité de produit stupéfiants (1 barrette de résine de cannabis) a été découverte au niveau des Matelots à Versailles.

Le conducteur devrait faire l'objet d'une procédure judiciaire pour refus d’obtempérer, défaut de permis de conduire, dégradations volontaires de biens public, violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique (les policiers), et infraction à la législation sur les stupéfiants.

La passagère a été entendue pour complicité de refus d’obtempérer, violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique et infraction à la législation sur les stupéfiants.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com