Un trafic international d'armes démantelé en France : déjà 38 suspects en garde à vue


Lundi 2 Décembre 2013 à 23:02 l Actualisé Mardi 3 Décembre 2013 - 23:45



Les armes et munitions saisies en France venaient des balkans (Document @Gendarmerie nationale)
Les armes et munitions saisies en France venaient des balkans (Document @Gendarmerie nationale)
Une opération d'envergure mobilisant près de 300 enquêteurs de la gendarmerie a été réalisée lundi 2 décembre sur l'ensemble du territoire national dans le cadre d'une enquête dirigée par la Section de recherches (SR) de Reims sous l'égide de magistrats de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Nancy. Cette opération porte sur un trafic d'armes international, les armes et pièces détachés provenant de Slovaquie et des pays balkaniques. Les perquisitions sont toujours en cours, 38 personnes sont actuellement en garde à vue.

Une filière slovaque

Le 14 février 2012,  lors d'une perquisition chez un suspect résidant en Haute- Marne, pour des faits de recel de vol, les gendarmes découvrent une vingtaine d'armes de poing et d'épaule de catégorie A-B-C et des milliers de munitions.  

Les premières investigations orientent les gendarmes sur une filière slovaque. Au regard du volet international de l'enquête et de la sensibilité du dossier, la JIRS de Nancy est saisie. L'enquête est confiée à la Section de recherches de gendarmerie de Reims en co-saisine avec le groupement de gendarmerie de Haute-Marne. Une cellule nationale d'enquête dénommée « Armes 52 » basée à Reims est constituée.

Des armes de guerre

Dans le cadre de leurs investigations, les gendarmes identifient des individus qui achètent des armes et des pièces d'armement auprès de la même filière et mettent à jour une seconde filière originaire des  pays balkaniques. Plusieurs centaines d'armes dont des armes de guerre (fusils d'assaut,  fusils-mitrailleurs et même deux lance-roquettes), des munitions et des pièces détachées ont ainsi transité par ces réseaux depuis 2009.
 
Trois-cents gendarmes sont engagés sur cette opération à travers toute la France, notamment en région parisienne, en région PACA, en Corse mais aussi outre- mer. Certains individus mis en cause sont en relation avec le milieu criminel. "Cette enquête de dimension internationale manifeste la porosité entre le milieu des amateurs d'armes et celui du grand banditisme", souligne-t-on à la gendarmerie.

Les investigations se poursuivent sous la direction du magistrat instructeur. 








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com