Un habitant de Seine-Maritime tué dans l'attentat terroriste de Ouagadougou


Dimanche 17 Janvier 2016 à 08:36 l Actualisé Dimanche 17 Janvier 2016 - 15:58



Antonio Basto, 52 ans, habitait Bosc-Hyons, un village de Seine-Maritime, dans le Pays de Bray (Photo@copains d'avant)
Antonio Basto, 52 ans, habitait Bosc-Hyons, un village de Seine-Maritime, dans le Pays de Bray (Photo@copains d'avant)
Trois Français, dont un habitant de Seine-Maritime, ont été tués dans l'attentat terroriste de Ouagadougou, la capitale du Burkina-Faso. Ils travaillaient pour la société de transport Scales, spécialisée dans les transports exceptionnels et basée à Saint-Ouen-l'Aumône (Val d'Oise).

Antonio Basto, 52 ans, de nationalité portugaise, vivait en Seine-Maritime dans le village de Bosc-Hyons, entre Gournay-en-Bray et Lyons-la-Forêt et était marié avec une Française.

Les mots qu'il a échangés avec sa femme sont presque les mêmes que ceux de son collègue. «Je l'ai eu au téléphone hier et il me disait qu'il allait aller manger au restaurant. Il était content parce qu'il prenait l'avion pour rentrer à la maison», raconte-t-elle à Europe 1. «Vers 6h du soir l'ambassade m'a appelée et m'a annoncée sa mort assez brutalement, en me disant que ça avait été un vrai carnage.» «C'est l'horreur», confie-t-elle. Le couple a un petit garçon de 6 ans.

Lire la suite sur le site du Figaro
http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/17/01003-20160117ARTFIG00048-les-francais-tues-a-ouagadougoudevaient-rentrer-ce-dimanche-a-paris.php


Les autres victimes françaises de l'attentat

Arnaud Cazier, 41 ans, était marié et père d'une fille. Il habitait une petite commune, Crillon, dans l'Oise.

Eddie Touati, 54 ans, était père de deux enfants, un garçon de 26 ans et une fille de 22 ans. Il habitait également dans l'Oise et travaillait dans la même entreprise qu'Arnaud Cazier et Antonio Basto









Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com