Un couple de bijoutiers pris en otage par un commando qui dévalise sa boutique à Gisors


Lundi 14 Avril 2014 à 23:13 l Actualisé Mardi 15 Avril 2014 - 16:46



La bijouterie Noël est installée 19, rue de Vienne dans la partie commerçante du centre ville
La bijouterie Noël est installée 19, rue de Vienne dans la partie commerçante du centre ville
EURE. Le préjudice est en cours d'évaluation mais il semblerait qu'il soit très important. Le commando qui a pris en otage un bijoutier de Gisors et son épouse, samedi matin 12 avril, n'est pas venu pour rien. Il avait assurément bien préparé son coup et savait ce qu'il allait trouver.

Il est un peu plus de 9 heures. Le gérant de la (*)bijouterie-horlogerie Noël rue de Vienne à Gisors, est dans sa propriété, située dans un village de l'Oise.

Un commando puissamment armé

Soudain, trois hommes le visage dissimulé par une capuche ou une sorte de cagoule débarquent dans sa propriété. Ils sont puissamment armés. Et semblent déterminés. Le commando, très menaçant, fait rapidement comprendre au bijoutier et à son épouse ce qu'il veut. Ces derniers sont poussés sans ménagement dans leur voiture et sont contraints de prendre la direction de Gisors.

Pas question pour les commerçants de résister ou de s'opposer à leurs agresseurs. Arrivé dans la bijouterie, le commando fait main basse sur les bijoux de valeur. Puis il repart à bord de la voiture du couple lequel est neutralisé (ligoté ?) afin qu'il ne puisse pas alerter les forces de l'ordre.

La voiture retrouvée calcinée dans l'Oise

Prévenus un peu avant 10 heures, les gendarmes de Gisors déclenchent le plan de recherches immédiat (PRI). Un message est diffusé à tous les services de gendarmerie et de police de l'Eure et de l'Oise, mais les recherches ne permettent pas de retrouver les malfaiteurs. On saura un peu plus tard qu'ils ont pris la direction de l'Oise puisque c'est dans ce département que la voiture du bijoutier sera découverte entièrement calcinée.

La Cellule d'identification criminelle (CIC) de la gendarmerie a procédé dans la matinée à des relevés d'indice et prélévements d'éventuelles empreintes digitales et génétiques.

« Nous avons affaire à une belle équipe »

L'enquête a été confiée à la Section de recherche (SR) de Rouen. Les investigations s'annoncent particulièrement difficiles. Les malfaiteurs ont fait preuve d'un certain professsionnalisme : "nous avons affaire à une belle équipe", estime un officier de la gendarmerie.

Les victimes ainsi que des témoins ont d'ores et déjà été entendus. Les enquêteurs ont saisi le film de la vidéo-surveillance du magasin qui devrait leur permettre, grâce à certains éléments, de déterminer notamment la nature des armes utilisées.

(*) - A la demande d'un proche du couple de bijoutiers, les nom, prénom, âge ainsi que le lieu de résidence des victimes ont été retirés de cet article.

Déjà braqué en 2005
 
Selon notre confrère L'Impartial, ce bijoutier, installé depuis 14 ans à Gisors, avait déjà été victime d'un braquage en 2005. Les auteurs avaient été identifiés, interpellés et jugés.
 
A la suite d'une série de vols à main armée et de cambriolages commis chez des commerçants de la région ces derniers mois, le bijoutier avait exprimé son inquiétude : “Un braquage est un lourd traumatisme, je peux en témoigner, aujourd’hui encore. Nous sommes des êtres humains, des pères, des mères, des fils. Nous avons le droit d’être protégé", déclarait-il en février dernier dans les colonnes de l'hebdomadaire des Andelys.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com