Un Havrais avait faussement immatriculé sa voiture pour échapper aux radars


Mercredi 19 Février 2014 à 15:28 l Actualisé Mercredi 19 Février 2014 - 15:53



Intégré dans la rampe de gyrophares bleu fixée sur le toit des véhicules, ce dispositif permet par exemple de repérer un véhicule déclaré volé pour une interception rapide.
Intégré dans la rampe de gyrophares bleu fixée sur le toit des véhicules, ce dispositif permet par exemple de repérer un véhicule déclaré volé pour une interception rapide.
Un Havrais risque de gros ennuis avec la justice pour avoir falsifié la plaque d'immatriculation de son véhicule. Il encourt jusqu'à sept ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

Le pot aux roses a été découvert mardi 18 février, vers 19 heures. L'automobiliste circulait rue du Président Salvadore Allende à Canteleu en direction de l'autoroute A150, lorsque le système de lecture automatisée des plaques d'immatriculation (LAPI) embarqué sur un véhicule du groupe de sécurité de proximité (GSP) a identifié une Laguna Break dont l'immatriculation correspondait à une Renault Mégane. Les policiers ont intercepté la voiture suspecte un peu plus loin, route de Duclair à Maromme.

Le 1 était devenu un 7

Placé en garde à vue, le conducteur, âgé de 44 ans, a expliqué aux enquêteurs de la brigade des accidents et délits routiers (BADR) qu'il avait transformé le 1 de sa plaque en 7, afin de ne pas être identifié en cas d'infraction à la vitesse (radars automatiques) ou au stationnement.

En plus de la peine d'emprisonnement et d'une forte amende, il risque la confiscation de son véhicule et la suspension voire l'interdiction de conduire devant le tribunal correctionnel où il sera convoqué très prochainement.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com