A Rouen, des élus se fâchent.

Tunnel de la Grand'Mare : travaux, déviations et nuisances ne font pas bon ménage


Mercredi 28 Juin 2017 à 22:48

La fermeture du tunnel chaque nuit nécessite la mise en place de déviations qui génèrent d'importantes nuisances pour les riverains (Illustration ©Google Street View)
La fermeture du tunnel chaque nuit nécessite la mise en place de déviations qui génèrent d'importantes nuisances pour les riverains (Illustration ©Google Street View)
Jusqu'au 31 août prochain, le tunnel de la Grand'Mare, à Rouen, sera fermé la nuit du lundi au vendredi dans un ou dans les deux sens de circulation. Il s'agit pour la direction interdépartementale des routes (Dirno) de procéder à des travaux de rénovation, de maintenance électrique et de maintenance de la ventilation.

Ces fermetures entraîneent la mise en place de déviations. Cet afflux de véhicules génèrent inéluctablement des nuisances pour les habitants des communes concernées, à savoir Bihorel, Bois-Guillaume, Darnétal et Rouen.

Trop c'est trop. Conscients de la gêne apportée, les élus rouennais du groupe Décidons Rouen Citoyenne et Ecolo, forts du soutien de leurs collègues du Parti communiste et du Front de gauche, annoncent qu'ils présenteront, vendredi 30 juin lors de la réunion du conseil municipal de Rouen, une motion d'urgence concernant précisément les déviations de trafic lors des fermetures du tunnel de la Grand'Mare.

Voici, dans son intégralité, le texte de cette motion :

«Le tunnel de la Grand’Mare connaît jusqu’en novembre, de lourds travaux. Ces travaux nocturnes, qui s’ajoutent aux nombreuses maintenances annuelles, contraignent à la fermeture du tunnel et à la mise en place d’un itinéraire de déviation.

Cet itinéraire fait traverser à des centaines de camions et de véhicules, des zones résidentielles de Bihorel et de Rouen, générant des nuisances sonores, des risques d’accidents élevés et une pollution importante. Et cette situation risque de s’empirer dans les années à venir avec le recul du développement du fret en France.

Les populations concernées se mobilisent contre cet itinéraire et demandent qu’une autre déviation soit mise en place. Le maire de Bihorel, qui dénonce la situation ainsi que la préfecture qui s’y dit sensible, refusent pourtant de rendre obligatoire une déviation par l’A29 comme cela avait été fait lors de la fermeture du pont Mathilde. Cela serait pourtant la meilleure solution afin de garantir la sécurité des personnes, leur tranquillité et pour préserver nos équipements et notre environnement.

L’argument avancé est le coût du péage qui pénaliserait les transporteurs.

Cette prise de position nous inquiète ; en effet, la présence d’un péage sur le futur contournement Est est acté. Nous craignons que pour les mêmes raisons économiques, les camions qui ne sont pas obligés de dévier aujourd’hui par l’A29, ne soient pas non plus contraints demain d’utiliser le contournement Est. Ainsi cette future infrastructure routière, dont la pertinence est déjà questionnée, risque à terme d’être elle aussi éviter par les véhicules à qui elle était destinée.

L’argument du péage pour écarter la déviation par l’A29 n’est pas recevable au vue des enjeux de sécurité pour les habitants des quartiers concernés. C’est à l’État de discuter avec les transporteurs pour envisager d’éventuelles contreparties ; le rôle de notre collectivité est d’assurer la sécurité des populations.

Ainsi, le conseil municipal de Rouen demande à Madame la Préfète de bien vouloir mettre en place une déviation obligatoire par l’A29 à partir de l’échangeur du Pucheuil lors des épisodes de fermetures du tunnel de la Grand’Mare ».














Publicité.














PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook