Trappes : cinq blessés lors d'une émeute entre une cinquantaine d'individus et la police


Lundi 17 Août 2015 à 08:54 l Actualisé Lundi 17 Août 2015 - 12:52



Illustration. Le quartier a été placé sous haute-surveillance toute la nuit  après les émeutes qui ont éclaté dans la soirée
Illustration. Le quartier a été placé sous haute-surveillance toute la nuit après les émeutes qui ont éclaté dans la soirée
Un accrochage entre un bus et une moto a provoqué une émeute dans la soirée d'hier dimanche, à Trappes (Yvelines). Selon les premiers éléments de l’enquête, une moto cross est venue percuter de plein fouet le flanc gauche d’un bus juste après qu’il ait quitté son stationnement au niveau de la gare.

Le chauffeur de bus, âgé de 38 ans, a été pris à partie par des témoins de la scène. Un de ses collègues, qui a tenté de s’interposer, a reçu des coups au visage.

A leur arrivée sur place, les premiers équipages de police ont été visés par des projectiles. Une cinquantaine d’individus hostiles étaient présents sur place. Les policiers ont fait usage d’une grenade de désencerclement ainsi que d’une bombonne de gaz lacrymogène afin de sécuriser l’intervention et éloigner les assaillants.

Un policier qui tenait en main l’aérosol a été aspergé de tout son contenu lorsqu’il a explosé. Un deuxième policier, situé juste à côté, a reçu des éclats au niveau de la jambe droite. L’explosion a été provoquée par un coup porté sur le propulseur par l’un des émeutiers.

Les pompiers ont évacué les blessés (2 policiers, le pilote de la moto et les deux chauffeurs de bus) au niveau de leur caserne située à Montigny-le-Bretonneux afin d’établir un premier bilan dans de bonnes conditions.

Le pronostic vital du conducteur de la moto âgé de 24 ans et originaire de Trappes n’est pas engagé, il souffre de fractures au niveau du fémur et du poignet ainsi que de plaies au visage. Il a été transporté à l’hôpital de Percy. Les fonctionnaires de police ont été transportés au centre hospitalier de Rambouillet.

Le calme a été rétabli vers 21h15 avec l’arrivée de renforts.

Un individu de 34 ans demeurant à Coignières a été interpellé, dès le début des échauffourées, pour avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre.

Les hommes de l'unité de sécurisation et d'intervention (USI) ainsi qu’une demi-compagnie de CRS ont été mobilisés sur le secteur pour prévenir de toute violence urbaine à venir. Une surveillance a par ailleurs été mise en place autour de l’entrepôt de bus et les patrouilles ont été renforcées à Trappes et les alentours.







Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com