Trafic de drogue : la mère de famille dormait sur 2,5 kg de résine de cannabis !


Vendredi 15 Février 2013 à 17:38 l Actualisé Vendredi 15 Février 2013 - 23:08



La résine de cannabis était soigneusement conditionnée et à l'abri dans une valise sous le lit de la mère de famille
La résine de cannabis était soigneusement conditionnée et à l'abri dans une valise sous le lit de la mère de famille
PETIT-QUEVILLY - Un trafic de drogue vient d'être démantelé par la brigade des stupéfiants de la Sûreté départementale de Seine-Maritime. Les policiers ont saisi, mercredi 13 février, 2,7 kg de résine de cannabis au domicile d'une famille de Petit-Quevilly.

La brigade des stups s'intéressait depuis quelque temps à une mère de famille et à sa fille. Il les soupçonnaient de se livrer à un trafic de cannabis à partir de leur appartement situé rue Roger Bonnet. Mercredi matin, les enquêteurs ont donc investi le logement et ont procédé à une perquisition en règle avec le concours du chien anti-drogue de la brigade canine.

Sous le lit et dans une boite à sucre

Un concours précieux, car très rapidement l'animal s'est mis en arrêt devant le lit de la mère de famille. Les policiers n'avaient plus qu'à se baisser et retirer une valise dans laquelle étaient entreposés des pains de drogue, soigneusement confectionnés. Il y en avait 2,5 kg environ.

Une belle découverte qui allait en amener une autre. Le chien "marquait" ensuite le buffet de la salle à manger. Une boite à sucre contenait en effet des plaquettes de 100 grammes de résine de cannabis.

Elles en revendaient "un petit peu"

Ramenées à l'hôtel de police pour s'expliquer sur la provenance de cette drogue, la mère âgée de 66 ans, malade du coeur, et sa fille de 33 ans, handicapée, ont affirmé qu'ils gardaient la marchandise chez elles pour le compte d'une tierce personne. La fille a toutefois reconnu qu'à l'occasion est revendait "un petit peu" de cannabis pour se faire de l'argent, soit selon elle "deux plaquettes de 100 grammes" qui lui auraient "rapporté 50 euros de bénéfices"..

Au cours des auditions, la jeune femme handicapée a expliqué qu'elle avait été approchée par un inconnu en janvier 2013 qui lui aurait demandé de stocker les pains de cannabis à son domicile. Elle a par ailleurs reconnu qu'elle avait sollicité son frère âgé de 36 ans pour l'aider à mettre en place un réseau.

Le fils et son ex-compagne aussi

Placé en garde à vue, après s'être présenté spontanément à l'hôtel de police, l'homme a confirmé les déclarations de sa soeur. Son ex-petite amie, âgée de 27 ans, a également été entendue et a remis aux policiers une plaquette de 100 grammes qu'elle avait en sa possession et destinés à être revendus.

Une procédure pour "violences volontaires" a été par ailleurs établie à l'encontre de cet homme dont l'ex compagne s'est plainte d'avoir été frappée. Elle portait encore les stigmates des coups reçus sur la corps.

Sur instruction du parquet de Rouen, compte tenu de leur état de santé, la mère et la fille ont été remises en liberté, ainsi que le fils et son ex compagne. Mais l'enquête se poursuit afin de vérifier les déclarations des mis en cause et d'identifier le supposé "propriétaire" de ces 2,7 kg de résine de cannabis.

Trafic de drogue : la mère de famille dormait sur 2,5 kg de résine de cannabis !







Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com