---

Son ADN permet de l'identifier : il reconnaît deux tentatives de braquages à Dieppe


Publié le 21 Décembre 2012 à 10:50 / Actualisé le 01/01/1970

Son ADN était référencé dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). Une pièce à conviction qui a permis de confondre un homme de 35 ans soupçonné d'être l'auteur de deux tentatives de hold-up et d'un braquage réussi, commis entre le 2 août et 23 novembre dernier, à Dieppe (Seine-Maritime).
Lors d'une tentative de vol à main armée contre le tabac La Civette le 23 novembre, les enquêteurs avaient relevé des traces d'empreintes digitales sur la scène de crime. Ce jour-là, le malfaiteur avait fait usage de son arme alors que sa victime tentait de se défendre. Cette dernière avait été légèrement brûlée à une main en voulant s'emparer du pistolet. L'analyse des traces ADN recueillies sur place par la police technique et scientifique a donc permis de mettre un nom sur son propriétaire, un Dieppois impliqué par un passé récent dans une dizaine d'affaires. Il  a été interpellé mercredi à son domicile à Dieppe.
Formellement identifié par les victimes
Au cours de la perquisition, l'arme a été retrouvée : il s'agit d'un pistolet d'alarme. Le suspect a été placé en garde à vue pour être entendu sur les circonstances de ce braquage qu'il a reconnu. Ses déclarations ont conduit les enquêteurs à l'interroger sur une autre tentative de braquage commise quelques jours plus tôt, le 10 novembre au préjudice de la supérette Marché Plus. Le braqueur avait été mis en fuite sous la pression de clients qui étaient dans le magasin.
Des faits qu'il lui était difficile de nier, car dans les deux cas, il a été formellement identifié sur photo par ses victimes.
Les policiers ont bien sûr fait un rapprochement entre ces deux affaires et un autre vol à main armée commis le 2 août, toujours à Dieppe, au magasin Le Mutant. "Sa description correspond en touts points à celle de l'homme qui a braqué cette supérette", souligne une source proche de l'enquête. Mais il nie en être l'auteur.
Déféré ce vendredi matin à un magistrat du parquet de Dieppe, le braqueur présumé devait être jugé dans l'après-midi en comparution immédiate.











Publicité.



PUBLICITE







S'abonner à notre Newsletter



PUBLICITE








Suivez-nous sur Facebook