Seine-Maritime. Leurs vêtements sentaient le gasoil : les siphonneurs du chantier démasqués


Jeudi 11 Juin 2015 à 12:39 l Actualisé Jeudi 11 Juin 2015 - 15:24



Les auteurs présumés d'un vol de carburant sur un chantier de construction Bouygues situé rue Barbet à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) ont été démasqués d'une manière plutôt insolite.

C'était hier matin, mercredi 10 juin. Il n'est pas encore 6 heures et le jour commence a se lever. Une patrouille de police-secours aperçoit un homme qui s'apprête à monter dans une Opel Astra, garée à coté du chantier de construction d'un immeuble. L'homme leur paraissant avoir une attitude suspecte, ils décident donc de le contrôler.

Des vêtements imprégnés de gasoil

Immédiatement, l'attention (ou plutôt l'odorat) des fonctionnaires est attirée par une forte odeur de gasoil, provenant des vêtements de l'individu, un homme âgé de 19 ans résidant dans un foyer a Neufchâtel-en-Bray.

Les policiers lui demandent pourquoi il sent cette odeur. Le suspect finit par leur déclarer qu'il vient de siphonner du carburant dans le réservoir d'un camion stationné dans l'enceinte du chantier.

Dans le coffre de l'Opel, les gardiens de la paix découvrent en effet des bidons remplis de gasoil. Ainsi qu'une arme de type airsoft. Le suspect est trouvé, quant à lui, porteur d'une pince coupante. Il est interpellé sur le champ et embarqué direction de l'hôtel de police.

Plusieurs vols déjà constatés sur ce chantier

Une seconde patrouille est appelée en renfort sur les lieux. Les policiers suspectent la présence de complices qui ont pu se dissimuler sur le chantier. Des recherches sont entreprises mais ne donnent rien.

Mais alors que forces de l'ordre attendent l'arrivée du garage de permanence pour prendre en charge l'Opel, un agent de sécurité, alerté par la société chargée de la surveillance du chantier, arrive et indique aux policiers que des vols ont déjà été constatés sur ce chantier, pas plus tard que la veille (vol de câble et d'outillage).

Il vient récupérer son téléphone dans l'Opel...

Puis, quelques instants plus tard, trois individus se présentent aux fonctionnaires qui attendent toujours l'intervention de la dépanneuse. L'un d'eux explique qu'il vient pour récupérer son téléphone portable resté dans l'Opel ! Les policiers n'en croient pas leurs oreilles... Le trio est interpellé. Il s'agit de deux frères âgés de 16 et 21 ans et d'un troisième âgé de 17 ans, tous originaires de Rouen.

Les quatre protagonistes présumés de ce vol de carburant (7 bidons de 20 litres ont été retrouvés dans l'Opel et cachés sur le chantier) ont fait l'objet d'une prolongation de garde à vue afin de permettre aux enquêteurs du quart judiciaire de rassembler toutes les plaintes et de vérifier si les suspects ne sont pas à l'origine d'autres vols.









Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com