Seine-Maritime. Les corps repêchés en mer sont ceux des deux kayakistes disparus au large de Saint-Malo


Jeudi 27 Novembre 2014 à 19:27 l Actualisé Vendredi 28 Novembre 2014 - 01:27



Le kayak avait été répéré par l’équipage du « Falcon 50 » de la marine nationale : l'embarcation était retournée sans occupant, flottant à environ 8 nautiques (plus de 14 kilomètres) au nord de Saint-Malo (Photo @Marine nationale)
Le kayak avait été répéré par l’équipage du « Falcon 50 » de la marine nationale : l'embarcation était retournée sans occupant, flottant à environ 8 nautiques (plus de 14 kilomètres) au nord de Saint-Malo (Photo @Marine nationale)
Les corps des deux kayakistes originaires de Rouen et Harfleur, portés disparus au cours d'une sortie en mer au large de Saint-Malo ont été repêchés, l'un le 21 novembre près de Saint-Malo, le second le 25 novembre au sud de Guernesey.

Pour le procureur de la République de Saint-Malo, Alexandre de Bosschère, il ne fait aucun doute : il s'agit bien des deux hommes activement recherchés depuis le signalement de leur disparition le 10 novembre dernier.
L'hypothèse accidentelle n'est pas remise en cause
« Le corps retrouvé le 21 novembre en mer près de Saint-Malo a été identifié, à l'issue d'une analyse ADN réalisée en urgence, comme l'un des deux hommes disparus à bord d'un kayak. L'homme décédé avait 31 ans. La décision de restituer le corps à la famille a été prise ce jour », a indiqué le magistrat ce jeudi, dans un communiqué à la presse.

« Le second corps, repêché au sud de Guernesey le 24 novembre par un navire de pêche a fait l'objet d'une autopsie mercredi à Guernesey. Si nous demeurons dans l'attente des résultats de ces investigations médico-légales, les éléments d'identification retrouvés sur le défunt, notamment sa gourmette, permettent d'indiquer qu'il s'agit très probablement du deuxième homme disparu, qui était âgé de 33 ans. »

Comme le précise le procureur, la gendarmerie maritime de Saint-Malo poursuit son enquête dans le cadre d'une procédure pour recherche des causes de la mort afin de préciser les circonstances des faits.

« A ce stade de l'enquête, aucun élément ne remet en cause l'hypothèse accidentelle de ces deux décès », souligne Alexandre de Bosschère.









Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com