Rouen : nouvelle étape pour le redéveloppement économique du site Petroplus


Vendredi 5 Février 2016 à 20:03 l Actualisé Samedi 6 Février 2016 - 17:40



En avril 2013, le tribunal de commerce de Rouen avait confirmé la liquidation judiciaire de la raffinerie (Illustration)
En avril 2013, le tribunal de commerce de Rouen avait confirmé la liquidation judiciaire de la raffinerie (Illustration)
Alors que la déconstruction des installations de Petroplus, l'ancienne raffinerie de Petit-Couronne, a commencé il y a un an, une nouvelle étape vient d'être franchie dans le redéveloppement économique du site. Explications.

Depuis le 16 avril 2013 et la confirmation de la liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Rouen de la raffinerie de Petit-Couronne, le préfet de la région de Haute-Normandie et les services de l’État, les élus et les forces économiques et sociales de la région ont travaillé ensemble très étroitement pour réussir le repositionnement industriel et portuaire du site de Petit-Couronne, "site d’exception, et opportunité majeure en termes de redéveloppement économique".

L’un des enjeux était d’éviter que ce site de 240 hectares ne devienne une fiche industrielle polluée en plein cœur de ville. C’est par une ordonnance du juge commissaire prononcée le 25 avril 2014, que l’offre conjointe formulée par les sociétés Valgo et Bolloré, a été retenue.

Ce projet a aujourd’hui franchi une nouvelle étape. Cela fait maintenant plus d’un an que Valgo a débuté les opérations de déconstruction des installations de la raffinerie. Certaines zones de la raffinerie ont déjà été mises en sécurité. "Ces opérations de déconstruction, de dépollution, et de mise en sécurité vont se poursuivre sur les prochains mois", indique la préfecture de Seine-Maritime.

En effet, Nicole Klein, préfète de la Seine-Maritime, a signé ce vendredi 5 février le transfert de l’autorisation d’exploiter le parc de stockage dit « du Milthuit » à la société Bolloré Énergie.
"Avec ce transfert, la société Bolloré Énergie est maintenant l’exploitant légal de ces installations, avec les obligations en termes de sécurité associées. Il s’agit d’une nouvelle étape dans le redéveloppement économique du site".

D’autres projets sont toujours à l’étude sur la zone, tels que les projets portés par Valgo avec la création d’un bio-centre et d’une zone d’activités, précise encore La Préfecture.







Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com