Seine-Maritime.

Rouen : cocaïne, poudre de bois bandé et sept téléphones découverts dans la voiture du conducteur nerveux


Mercredi 13 Septembre 2017 à 12:15

Les policiers en civil ont suivi discrètement la voiture suspecte avant de l'intercepter (Illustration)
Les policiers en civil ont suivi discrètement la voiture suspecte avant de l'intercepter (Illustration)
Lors d'un contrôle routier, un automobiliste a été trouvé en possession de quatre pochons de cocaïne, d'un sachet de poudre de "bois bandé" et de sept téléphones suspects.

Hier, mardi 12 septembre, avenue Aristide-Briand à la sortie du pont Mathilde sur la rive droite de Rouen, vers 15h50, l'attention d'un équipage de la brigade anti-criminalité en surveillance rue de Gramont dans le quartier de la Sablière (rive gauche) est attirée par le bruit d'une Fiat Punto qui roule avec un échappement bruyant.

Un conducteur bien nerveux...

Les policiers suivent discrètement la voiture qui prend la direction du pont Mathilde sans jamais utiliser ses clignotants.

Passé le pont, la voiture de police active gyrophare et deux tons. L'automobiliste poursuivi s'arrête alors, avenue Aristide Briand. A la vue des gardiens de la paix en civil, il ne cache pas sa nervosité. Avant de sortir du véhicule, il tente de dissimuler un petit paquet près du levier de vitesse. Il s'agit après vérification de quatre pochons de cocaïne, pour un total de 6 grammes.

Cocaïne et poudre de "bois bandé"

Le conducteur, un Rouennais âgé de 35 ans, est interpellé pour détention et transport de stupéfiants et son véhicule perquisitionné.

Lors de cette fouille, les policiers découvrent sept téléphones portables de provenance douteuse, ainsi que deux sachets de poudre blanche. Dans un premier temps, l'homme explique qu'il s'agit de Viagra bio. En réalité il s'agissait de poudre de "bois bandé", un produit connu pour ses effets aphrodisiaques.

L'enquête est confiée à la sûreté urbaine. D'ores et déjà, les premières investigations ont permis d'établir que les téléphones n'ont pas été volés. Le trentenaire a expliqué qu'il utilisait 4 ou 5 de ces appareils pour rester en contact avec ses différentes amies, les autres pour son activité.











Publicité.





PUBLICITE














PUBLICITE










Suivez-nous sur Facebook
















cookieassistant.com