Quatre frères et leur cousin soupçonnés d'avoir volé 6 tonnes de cuivre à Grand-Quevilly


Vendredi 21 Juin 2013 à 14:10 l Actualisé Samedi 22 Juin 2013 - 19:37



Près de six tonnes de cuivre, c'est le joli butin amassé par quatre frères soupçonnés d'avoir dérobé des bobines de câble dans une entreprise de Grand-Quevilly (Seine-Maritime), au cours de la nuit du 15 au 16 juin.

Les voleurs présumés ont été confondus grâce à la vidéosurveillance qui les a filmés, ainsi que leur véhicule, un Renault Master. Ce dernier a pu être identifié grâce à sa plaque d'immatriculation. Il devait d'ailleurs être repéré, lundi matin, en stationnement dans le quartier Vieux bourg à Grand-Quevilly. Ce qui a donné l'idée aux policiers de le placer sous surveillance et d'attendre que son éventuel propriétaire vienne le récupérer.

Le butin était dans le garage du cousin

De fait, vers 14 heures, deux hommes sont alors interpellés alors qu'ils s'apprêtent à monter à bord du Renault Master. Il s'agit de deux frères âgés de 33 et 34 ans. Une perquisition à leur domicile ne permet pas de retrouver des éléments qui puissent aider l'enquête.

En revanche, les enquêteurs qui connaissent bien le cousin des deux suspects décident d'aller perquisition dans un box lui appartenant. Et là, ils découvrent ce qu'ils cherchent : une quantité impressionnante de câbles en cuivre, soit environ 6 tonnes.

Le cousin est ainsi interpellé et placé en garde à vue avec les deux autres.

Mandat de dépôt et contrôle judiciaire

En visionnant le film de la vidéo-surveillance, les policiers avaient constaté que les cambrioleurs étaient au moins quatre la nuit du vol. Il en manquait donc deux à l'appel. Deux frères de 25 et 32 ans, qui se sachant recherchés, se sont présentés spontanément jeudi à l'hôtel de police. Il s'agit en fait des frères des deux premiers interpellés.

Dans cette affaire de vol par effraction en réunion, deux des présumés voleurs ont déjà été placés sous mandat de dépôt, un des frères et son cousin. Le deuxième frère a été placé sous contrôle judiciaire. Quant aux deux derniers mis en cause, présentés vendredi 21 juin devant le juge d'instruction en charge du dossier, ils ont été placés sous contrôle juduciaire.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com