Seine-Maritime.

Près de Rouen, deux bandes s'affrontent violemment : un blessé grave à coup de machette


infoNormandie / Mardi 18 Juillet à 11:27

Illustration
Illustration
Une bagarre entre deux bandes de Maromme et de Canteleu, près de Rouen, s'est terminée dans le sang. L'un des protagonistes a été transporté aux urgences du CHU Charles-Nicolle dans un état grave. Il a été blessé à une cuisse probablement à l'aide d'une machette.

Ce lundi soir, peu avant 22 heures, les services de police sont appelés à intervenir rue Jean Effel dans le centre-ville de Maromme pour une rixe impliquant, selon des témoins, une cinquantaine d'individus, dont certains sont encagoulés et armés de battes de base-ball et de barres de fer.

Hospitalisé dans un état critique

Plusieurs équipages de police-secours et de la brigade canine arrivent sur les lieux et constatent la présence d'une poignée de jeunes gens, dont un est allongé au sol, ensanglanté. La victime âgée de 34 ans qui demeure dans le quartier, saigne abondamment à une cuisse. Il a une plaie profonde provoquée par une arme blanche, probablement une machette. Il est pris en charge par les sapeurs-pompiers et transporté au CHU de Rouen, avec un pronostic vital engagé.

La plupart des protagonistes de la bagarre, issus de Maromme et de Canteleu, ont pris la fuite avant l'arrivée des forces de l'ordre.

Les forces de l'ordre victimes de projectiles

Lors des constatations, les policiers apprennent que la bande adverse a laissé un véhicule sur place qui a été pris d'assaut et endommagé par les amis du blessé. En voulant intervenir pour calmer les esprits, les gardiens de la paix sont eux-mêmes victimes de jets de projectiles.

Le véhicule a été emmené à la fourrière pour les besoins de l'enquête.

Les forces de l'ordre, qui n'ont procédé à aucune interpellation dans l'immédiat, ont mis en place un dispositif de sécurisation jusqu'à 0h45 et ont renforcé ensuite les patrouilles dans le secteur de Maromme et de Canteleu.

Une enquête a été ouverte pour violences avec arme. Elle devrait permettre d'identifier les auteurs de ces violences. Ce matin, les enquêteurs n'avaient toujours pas pu entendre le blessé sur son lit d'hôpital.










Publicité.



PUBLICITE







S'abonner à notre Newsletter



PUBLICITE








Suivez-nous sur Facebook