Près de Brionne (Eure), la maison en feu abritait une culture de cannabis et des armes


Vendredi 30 Octobre 2015 à 15:29 l Actualisé Vendredi 30 Octobre 2015 - 16:33



Les plants de cannabis et les appareils servant à leur culture ont été saisis par la gendarmerie, de même que deux armes non déclarées (Photo@Gendarmerie nationale)
Les plants de cannabis et les appareils servant à leur culture ont été saisis par la gendarmerie, de même que deux armes non déclarées (Photo@Gendarmerie nationale)
A la faveur d'une intervention pour un début d'incendie mercredi 28 octobre, en milieu de matinée, les gendarmes ont découvert l'existence d'une culture de plants de cannabis dans une habitation à Saint-Pierre-de-Salerne, près de Brionne.

Lors des constatations et de la reconnaissance des lieux par les sapeurs pompiers, 9 pieds de cannabis avec un système de lampe halogène permettant leur culture à éclairage et température constants a été découvert. 

Une perquisition a été alors effectuée dans la maison partiellement détruite. Elle devait permettre encore de retrouver deux unités autonomes de culture contenant pour l'une 21 pieds de cannabis de 10 cm et pour l'autre 7 pieds de 30 cm. Ces chambres de pousse étaient équipées de systèmes d'éclairage  et de ventilation. 

Au fur et à mesure de la fouille, les gendarmes de la communauté de brigades de Brionne, en charge des investigations, sont allés de découverte en découverte : 10 grammes de feuilles séchées dans une pièce servant à la maturation des plants, un fusil de chasse de type superposé et un fusil à pompe, dont le détenteur n'avait pas effectué les déclarations d'acquisition ou de détention en préfecture. 

Les produits stupéfiants ainsi que le matériel et les armes ont été saisis.

Placé en garde à vue, l'occupant du pavillon, un homme sans emploi de 28 ans a reconnu l'ensemble des faits reprochés. Lors de son audition, il a affirmé cultiver de l'herbe de cannabis uniquement pour sa consommation personnelle..

Remis en liberté, il s'est vu notifier une convocation pour le 28 janvier prochain devant le tribunal correctionnel d'Evreux.

L'enquête ouverte pour déterminer l'origine de l'incendie aurait permis d'établir qu'un court-circuit sur un des appareils électriques utilisés pour faire pousser les plants serait en cause.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com